La dernière visite d'un haut dirigeant palestinien à Washington remonte à janvier 2001. George Bush venait d'être élu, mais il n'exerçait pas encore la fonction de président des Etats-Unis. Son prédécesseur, Bill Clinton, a utilisé les toutes dernières semaines de son mandat pour tenter de trouver une issue à la seconde Intifada: c'est lui qui, pour la dernière fois, recevra Yasser Arafat aux Etats-Unis. Son successeur, bien qu'il ait reçu à de multiples reprises Ariel Sharon, ne verra jamais le leader historique des Palestiniens à Washington. Si à l'automne 2001, le président américain se déclare pour la première fois en faveur d'un Etat palestinien, George Bush va rapidement faire savoir qu'il ne voit pas Yasser Arafat à sa tête. En avril 2002, il accuse Arafat d'avoir «trahi les espoirs de son peuple» et répète au mois de juin suivant que «plus personne n'a confiance dans le gouvernement palestinien». La venue d'Abou Abbas à Washington marque donc un tournant: pour la première fois, George Bush reçoit un dirigeant palestinien à la Maison-Blanche.