Irak

Une victoire suspecte des forces alliées contre l’Etat islamique

Un convoi de véhicules pris pour cible par les Américains et les Irakiens ne transportait-il que des djihadistes? Les doutes sont nombreux

La vidéo est saisissante. Ce sont des images en noir et blanc, prises d’un drone: dans les sables du désert irakien, elles montrent des hélicoptères de combat faisant un carton sur un long convoi de véhicules, dont certains semblent arrêtés tandis que d’autres tentent de prendre la fuite. Aussi bien les militaires américains que les Irakiens ont présenté cette opération comme l’un des plus grands succès remportés jusqu’ici contre les djihadistes de l’organisation Etat islamique (EI). Cependant, des versions contradictoires laissent deviner des zones d’ombre derrière cette réussite. 

Au fil des jours, le compte rendu s’est modifié. Première version: Américains et Irakiens ont conjointement pris pour cible, mardi dernier, les combattants de l’EI qui fuyaient la ville de Falloujah, ce bastion des islamistes (à quelques dizaines de kilomètres de Bagdad) dont vient de s’emparer l’armée irakienne. Bilan de l’opération: plusieurs centaines de djihadistes «éliminés», l’une des actions les plus spectaculaires menées jusqu’ici contre l’Etat islamique.

Mais cette version initiale a été vite amendée. Selon un porte-parole de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, le colonel Chris Garver, les Américains n’auraient frappé qu’une partie de ce convoi, long de plusieurs kilomètres. Explication: l’armée américaine craignait que le reste des véhicules puisse transporter également des civils, dont «les familles» des combattants. A l’heure d’établir le bilan, les Américains s’en tiennent donc à leur propre décompte: entre 250 et 300 combattants tués, pris au piège dans une cinquantaine de véhicules.

Alors que les combattants de l’Etat islamique savent le ciel irakien quadrillé par les avions et les hélicoptères de combat, pareille concentration de forces, facilement détectable, est déjà étonnante. Mais elle l’est d’autant plus si l’on en croit la version irakienne des faits: prenant le relais des Américains hésitants, l’armée irakienne affirme avoir détruit près de 700 véhicules de cette colonne. Selon le ministre irakien de la Défense, Khalid al-Obeidi, ce sont ainsi plus de 440 combattants de l’EI qui auraient été tués.

Un vélo et des couvertures

Et parmi ces victimes, combien de civils? D’autres images, prises cette fois-ci au sol, et diffusées par les troupes irakiennes accourues ensuite sur place, sèment le doute. Parmi les carcasses de véhicules calcinés, on voit ici un vélo et des couvertures tombés d’une voiture, là un tracteur, lui aussi réduit en cendres.

Si l’on s’en tient à ces seules images, rien ne permet d’affirmer que les voitures disparates qui ont été carbonisées étaient bien occupées par des combattants. Rien, sauf ces rangées impressionnantes d’armes et de munitions, toutes parfaitement intactes, alignées par les vainqueurs sur des tapis posés sur le sol, qui font irrémédiablement penser à une mise en scène.

Les combattants de l’Etat islamique sont-ils à ce point affaiblis en Irak qu’ils doivent se résoudre à décamper en tracteur? S’agit-il, au contraire, de maquiller les conséquences d’un excès d’entrain des forces irakiennes contre une population de Falloujah considérée comme ennemie? A chacun sa version. 

Publicité