diplomatie

Une visite historique de Kim Jong-un en Chine

Lord de ce séjour de trois jours, le chef d’Etat nord-coréen s’est prononcé pour «la dénucléarisation» de la péninsule coréenne et a confirmé la perspective d’un sommet avec le président américain

Après un jour et demi d’incertitude, l’agence de presse officielle Chine nouvelle a confirmé tôt mercredi la visite historique de Kim Jong-un à Pékin, de dimanche à mercredi, sa première à l’étranger. Il s’est entretenu avec le président chinois Xi Jinping. «Il n’y a aucun doute que ma première visite à l’étranger [devait être] pour la capitale chinoise», a déclaré le président nord-coréen, selon des propos rapportés par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA. «C’est mon devoir solennel», a-t-il ajouté.

Lire aussi notre éditorial: L’axe Pékin-Pyongyang

A cette occasion, Kim Jong-un a confirmé être prêt à rencontrer le président américain Donald Trump, après des mois de menaces de guerre entre les deux pays autour du programme nucléaire nord-coréen. Ce sommet a été annoncé de sources sud-coréenne et américaine mais pas encore confirmé de source nord-coréenne. Selon Séoul, il pourrait se dérouler fin mai, mais ni le lieu ni la date exacte de la rencontre n’ont encore été annoncés.

La Corée du Nord «est prête à avoir un dialogue avec les Etats-Unis et à tenir un sommet entre les deux pays», a rapporté Chine nouvelle en citant Kim Jong-un.

La dénucléarisation de la péninsule prônée

L’homme fort de Pyongyang, qui a procédé ces dernières années à une série d’essais nucléaires et de tirs de missiles susceptibles d’atteindre les Etats-Unis, s’est par ailleurs prononcé pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Lire également:  Sommet Donald Trump – Kim Jong-un: avantage à la Corée du Nord

«Notre position constante est d’être engagés en faveur de la dénucléarisation de la péninsule coréenne, conformément à la volonté de l’ancien président Kim Il-sung et de l’ancien secrétaire général Kim Jong-il», les prédécesseurs et grand-père et père respectifs de Kim Jong-un, a rapporté l’agence chinoise.

La télévision publique chinoise CCTV a diffusé des images de MM. Kim et Xi se serrant la main devant les drapeaux des deux pays, en compagnie de leurs épouses. Le président nord-coréen a été reçu pour des entretiens au Palais du peuple, l’immense bâtiment qui borde la place Tiananmen, puis pour un banquet, lors de cette visite «non officielle», selon Chine nouvelle. Xi Jinping et son hôte, vêtu d’un costume Mao anthracite, ont entendu les hymnes des deux pays avant de passer les troupes en revue, selon ces images.

Une amitié remémorée

Cette visite avait été dévoilée dès lundi soir par des médias japonais, affirmant qu’un haut dirigeant nord-coréen était arrivé en train à Pékin, mais sans pouvoir affirmer qu’il s’agissait bien de Kim Jong-un. Les médias chinois s’étaient gardés de confirmer la visite, attendant vraisemblablement que l’homme fort de Pyongyang ait regagné son pays.

Lire aussi: Le mystère du train vert nord-coréen

«J’ai eu des discussions fructueuses avec [le président] Xi Jinping sur le développement des relations entre les deux partis et entre les deux pays, nos situations intérieures respectives, le maintien de la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne, et d’autres questions», a déclaré Kim Jong-un lors du banquet, a rapporté l’agence chinoise.

Regarder la vidéo:  Corée du Nord: la diplomatie du patin à glace

Xi Jinping a salué l’amitié entre les deux pays, forgée lors de la guerre de Corée (1950-53). «Il s’agit d’un choix stratégique et du seul bon choix fait par les deux pays sur la base de l’histoire et de la réalité», a-t-il déclaré. Il aurait accepté une invitation à se rendre en Corée du Nord, selon l’agence nord-coréenne.

Cette visite constitue un retour au premier plan pour la diplomatie chinoise, qui avait pu paraître marginalisée par l’annonce d’un sommet Kim-Trump. Le leader nord-coréen n’avait encore jamais rencontré le président chinois depuis qu’il a succédé à son père Kim Jong-il il y a six ans. Les relations bilatérales s’étaient tendues ces dernières années en raison du soutien croissant de Pékin aux sanctions économiques de l’ONU, destinées à enrayer les programmes balistique et nucléaire de Pyongyang.

Publicité