Privilèges

Universités de prestige et pots-de-vin, le scandale qui éclabousse les Etats-Unis

Parmi les parents inculpés et accusés de corruption pour faire entrer leurs enfants dans des établissements renommés figure l’actrice Felicity Huffman

Jared Kushner, le discret beau-fils de Donald Trump et mari d’Ivanka, n’était pas spécialement bon à l’école. Mais il avait un avantage: un père richissime. Selon The Price of Admission, publié en 2007, le promoteur immobilier Charles Kushner avait fait un don de 2,5 millions de dollars à l’Université Harvard, une manière de s’assurer que son fils puisse y entrer. Cette anecdote, racontée par le journaliste Daniel Golden, refait surface alors qu’une affaire de pots-de-vin dans les milieux académiques éclabousse les Etats-Unis et révèle les dessous peu reluisants des admissions dans les universités prestigieuses.

A travers une fondation

Prenez des parents aisés et peu scrupuleux qui veulent le meilleur pour leurs enfants, ajoutez-y de l’argent, beaucoup d’argent, la tentation facile de graisser des pattes et d’actionner des pistons, et mélangez le tout dans un système ultra-sélectif et élitiste: vous aurez le cocktail explosif qui fait ces jours les grands titres de la presse américaine. Mardi, le Département de la justice a annoncé l’inculpation d’une cinquantaine d’individus, parmi lesquels des personnalités du monde de la finance, de l’immobilier ou d’Hollywood, ainsi que de riches avocats.

La plupart d’entre eux ont eu recours à des intermédiaires. Un homme est au cœur de l’affaire pour avoir bâti un véritable empire de la corruption: un certain William Singer, un Californien à la tête d’un réseau actif entre 2011 et 2019, inculpé notamment pour extorsion et blanchiment. Sa peine sera prononcée le 19 juin prochain. Il aurait, à travers une organisation, la Key Worldwide Foundation, engrangé près de 25 millions de dollars en permettant d’ouvrir les portes de Stanford, Yale, Georgetown, des Universités de Wake Forest, de Californie du Sud (USC), de Los Angeles (UCLA) ou encore du Texas, à des parents aisés. Ou plutôt à leurs rejetons, d’ailleurs pas forcément au courant des manigances diaboliques de leurs aînés.

Quand la fiction rejoint la réalité

Felicity Huffman, qui joue Lynette Scavo, une mère névrosée dans Desperate Housewives, fait partie des parents qui ont recouru à la fondation de William Singer. Elle a été arrêtée chez elle, à Los Angeles, par le FBI, puis libérée après avoir versé une caution de 250 000 dollars. Selon les documents judiciaires, elle aurait fait un don de 15 000 dollars à la fondation, de l’argent qui aurait en fait servi à enjoliver les résultats d’examens de sa fille aînée. William Singer avait des complices parmi les correcteurs.

Comme le rappellent The Hollywood Reporter et Buzz Feed, la scène a dû rappeler quelque chose à l’actrice. Dans la première saison de Desperate Housewives, Lynette Scavo et son mari réfléchissaient aux moyens de faire admettre leurs jumeaux dans une école privée prestigieuse. Et Lynette avait conclu qu’un don… de 15 000 dollars ferait l’affaire.

Lori Loughlin, l’actrice qui a campé le rôle de Becky dans la série La Fête à la maison, figure également sur la liste des parents inculpés. Sa caution a été fixée à 1 million de dollars. Idem pour son mari, le designer Mossimo Giannulli. Le couple comparaîtra le 29 mars devant un tribunal fédéral de Boston. Les faits qui leur sont reprochés sont plus graves. Ou, du moins, les montants en jeu sont plus élevés. Ils auraient déboursé près d’un demi-million de dollars pour que leurs deux filles, dont l’une a le statut d’influenceuse sur les réseaux sociaux, soient acceptées à l’USC.

«Une culture de corruption et de cupidité»

Ce scandale met en exergue les dérives et disparités qui découlent du système ultra-sélectif des admissions aux grandes universités. Pour entrer dans les meilleurs établissements, un jeune Américain doit faire beaucoup de sacrifices. Il multiplie en principe ses postulations, en espérant recevoir une bourse. Le processus est long, complexe et les élèves s’y engagent avec des chances inégales: provenir d’une famille qui a les moyens peut aider, notamment lorsqu’il s’agit de se faire épauler par des conseillers qui profitent d’un juteux marché.

«Nous considérons que toutes les personnes inculpées aujourd’hui ont contribué à favoriser une culture de corruption et de cupidité qui a biaisé le système pour les étudiants qui essayaient d’intégrer ces facultés de façon honnête», a dénoncé, mardi en conférence de presse, l’agent du FBI Joseph Bonavolonta, chargé de l’enquête.

Le scandale révélé mardi ne constitue probablement que la pointe de l’iceberg. D’autres parents pourraient être inquiétés. «Ces révélations de tricherie de la part de familles déjà bien nanties et introduites sont exaspérantes, mais ce n’est pas vraiment surprenant», écrit Frank Bruni, chroniqueur du New York Times. «Quiconque s’y connaît en matière de concurrence acharnée pour des places précieuses dans les écoles de haut niveau se rend compte à quel point cela peut être laid et injuste.»

Des enquêtes internes lancées

Les directions des universités elles-mêmes ne sont pour l’instant pas visées, mais certaines ont lancé préventivement des enquêtes internes. Des entraîneurs sportifs universitaires font par contre partie des inculpés pour avoir accepté des sommes grassouillettes sans sourciller, et admis dans leurs équipes des élèves sans affinités sportives particulières. En clair: de fausses performances sportives ont parfois été mises en avant. Cela a été le cas à l’USC, dans l’affaire des filles de Lori Loughlin.

Toujours selon des documents judiciaires, l’ancien entraîneur de l’équipe féminine de football de Yale a plaidé coupable il y a environ un an pour avoir accepté des pots-de-vin. Il a ensuite collaboré avec la justice et permis aux procureurs de recueillir d’autres témoignages.

Donald Trump Jr, le fils aîné du président, n’a pas pu s’empêcher de réagir sur Twitter en apprenant l’inculpation des actrices, ce qui lui a valu des moqueries. Il y a quelques jours, l’ancien avocat de son père, Michael Cohen, confessait lors d’une audition publique devant le Congrès que Donald Trump lui avait demandé de menacer les directions des établissements scolaires qu’il avait fréquentés pour que ses notes ne soient pas divulguées.

Publicité