Le Royaume-Uni traverse une période «d'urgence économique» et va subir une chute inédite de 11,3% du produit intérieur brut en 2020 en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, selon les prévisions officielles dévoilées mercredi par le ministre des Finances Rishi Sunak. L'an prochain, la croissance devrait rebondir de 5,5%, puis atteindre 6,6% en 2022, selon ces prévisions dévoilées lors d'une allocution au parlement. Il faudra toutefois attendre fin 2022 pour que l'économie retrouve ses niveaux d'avant la crise sanitaire.

«Notre urgence sanitaire est encore là et notre urgence économique ne fait que commencer. Donc notre priorité immédiate est de protéger les vies et les niveaux de vie», a déclaré le ministre, en présentant un vaste plan de dépenses. «Les dégâts économiques vont probablement durer sur le long terme», affaiblissant l'économie pour de nombreuses années.»

Lire aussi: Face à la pandémie, le Royaume-Uni se convertit à l’interventionnisme d’Etat

Bond du déficit public

Le ministre des Finances s'appuie sur les prévisions de l'organisme public OBR (Office for Budget Responsibility), qui indique que le taux de chômage va atteindre son pic au deuxième trimestre de 2021 à 7,5%. Au total, le gouvernement mobilise 280 milliards de livres pour aider l'économie à traverser la tempête.

Les services publics recevront notamment au total 55 milliards de livres l'an prochain, que ce soit le système de santé NHS, les écoles ou dans la sécurité. Le gouvernement promet que les dépenses courantes du pays vont progresser de 3,8% cette année et l'an prochain, soit le taux le plus fort en 15 ans. Ces mesures vont faire bondir le déficit public qui devrait atteindre 394 milliards de livres pour l'année budgétaire en cours, soit 19% du PIB, à cause d'efforts sans précédent pour soutenir l'emploi face au choc de la pandémie.

Lire également: Le Royaume-Uni annonce un grand plan de soutien économique

Rishi Sunak, membre du parti conservateur qui se veut le hérault de l'orthodoxie budgétaire, a toutefois averti que, pour tenter de limiter le gouffre des finances publiques, les salaires de la fonction publique seront gelés, sauf pour le NHS et pour les très bas revenus. Le Royaume-Uni va en outre réduire fortement son aide au développement l'année prochaine à 0,5% de son produit intérieur brut contre 0,7% habituellement, ce qui a déclenché un flot de critiques, notamment de la part de la Prix Nobel de la Paix Malala Yousafzai.