Lors de son discours sur l’état de l’Union ce mercredi devant le Parlement européen, Ursula von der Leyen a réitéré que sa priorité était une augmentation du taux de vaccination dans le monde. Les efforts dans ce sens doivent également être poursuivis au sein de l’Europe et des mesures visant à une meilleure préparation face à d’autres éventuelles pandémies doivent être mises en place, a-t-elle poursuivi.

Elle a également détaillé quels seraient les autres grands axes de la politique européenne ces prochaines années. Compte rendu des principales annonces de la présidente de la Commission européenne.

• 200 millions de doses supplémentaires aux pays en développement

L’Union européenne va donner 200 millions de doses supplémentaires de vaccins contre le Covid-19 aux pays pauvres d’ici mi-2022, s’ajoutant aux 250 millions de doses déjà promises, a annoncé mercredi la présidente de la Commission.

Lire aussi: Un accès inégal aux vaccins dans le monde

«C’est un investissement solidaire et c’est aussi un investissement dans la santé mondiale», a-t-elle déclaré, soulignant que, si dans l’Union européenne plus de 70% des adultes sont vaccinés, «moins de 1% des doses de vaccins ont été administrées dans les pays pauvres».

• Aide accrue pour l’Afghanistan

L’UE va fournir 100 millions d’euros supplémentaires d’aide humanitaire à l’Afghanistan pour éviter «un désastre humanitaire», a annoncé Ursula von der Leyen. L’Union avait déjà annoncé le quadruplement de son aide humanitaire à l’Afghanistan et aux pays voisins pour la porter à 200 millions en 2021.

Lire aussi: Afghanistan, l’étranglement financier

«Nous devons tout faire pour éviter le risque réel d’une famine et d’un désastre humanitaire majeurs», a-t-elle déclaré, précisant que cette aide ferait partie d’un «nouvel ensemble, plus large, de mesures de soutien pour l’Afghanistan» qui sera présenté «dans les prochaines semaines».

• Soutien à la biodiversité

En matière de changement climatique, l’Europe peut faire beaucoup, notamment en soutenant les autres nations, a dit Ursula von der Leyen, annonçant également le doublement du financement extérieur pour la biodiversité.

La COP26 de Glasgow sera en cela «un moment de vérité» pour la communauté mondiale, estime-t-elle, rappelant que des plans concrets doivent concrétiser les ambitions affichées par les principales puissances économiques de réduire leurs émissions. «Parce que les engagements actuels pour 2030 ne vont pas permettre de maintenir le réchauffement global à 1,5°C», avertit-elle.

L’UE va ainsi avancer 4 milliards d’euros supplémentaires pour financer la mesures en faveur du climat. «Mais nous espérons que les Etats-Unis et nos partenaires vont s’engager également», a dit Ursula von der Leyen.

• Un sommet pour la défense de l’Europe

Un sommet sur la défense sera organisé par la France pendant la présidence française de l’UE au premier semestre de 2022, a annoncé Ursula von der Leyen, alors que le retrait d’Afghanistan a relancé la réflexion sur l’autonomie des Européens.

«Le moment est venu pour l’Europe de passer à la vitesse supérieure» pour se «défendre contre les cyberattaques, agir là où l’OTAN et l’ONU ne sont pas présents et gérer les crises à temps», a-t-elle expliqué.

• Une loi pour protéger les femmes des violences

La Commission européenne va proposer d’ici la fin de l’année une loi de lutte contre les violences faites aux femmes, a annoncé sa présidente, estimant que «trop de femmes ont dû vivre dans la peur pendant cette pandémie».

«Il s’agit de poursuites pénales efficaces, de mesures de prévention et de protection», à la fois en ligne et dans la vie réelle, a précisé la cheffe de l’exécutif européen, qui a l’initiative législative dans l’UE.

• Réforme des règles budgétaires

L’UE «ne répétera pas l’erreur» commise après la dernière crise financière quand un retour précipité à la rigueur budgétaire avait provoqué une rechute du continent dans la récession, a promis mercredi Ursula von der Leyen.

«Les leçons de la crise financière pourraient servir d’avertissement. A l’époque, nous avons déclaré victoire trop tôt et nous en avons payé le prix. Nous ne répéterons pas cette erreur», a-t-elle ajouté, en confirmant l’ouverture prochaine d’un débat sur la réforme des règles budgétaires européennes qui devrait aboutir à leur assouplissement.

La Commission prévoit de réinstaurer début 2023 le pacte de stabilité qui avait été temporairement désactivé au début de la crise. Mais la présidente de la Commission européenne a prévenu qu’elle espérait un accord avant cette date alors que les divisions des Etats membres laissent craindre des discussions qui s’éternisent.

• Une loi sur les semi-conducteurs

Tandis que des pénuries de semi-conducteurs paralysent plusieurs secteurs d’activité, Bruxelles proposera une loi européenne sur ces composants pour défendre la souveraineté technologique de l’UE dans ce domaine stratégique, a promis mercredi Ursula von der Leyen.

«Nous sommes dépendants des microprocesseurs les plus avancés fabriqués en Asie. Il ne s’agit donc pas seulement de notre compétitivité. L’enjeu est aussi notre souveraineté technologique», a-t-elle déclaré, ajoutant que «l’objectif est de créer ensemble un écosystème européen des semi-conducteurs à la pointe du progrès, intégrant la production».

Lire aussi: Le secteur spatial suisse est ralenti par la pénurie de composants