L’essentiel

Alain Berset a annoncé vendredi prolonger la gratuité des tests pour tous jusqu’au 10 octobre, soit dix jours de plus. Une «flexibilité» pour répondre à la contestation et aux doutes d’une partie de la population.

Lire aussi: Le Conseil fédéral lâche un peu de lest pour les tests, mais pas trop

 

Notre suivi de la journée de vendredi


■ «On est là, même si Macron ne veut pas»

Quelques milliers de manifestants se sont élancés samedi en début d'après-midi dans les rues de Paris pour dénoncer le pass sanitaire et l'obligation vaccinale des soignants pour le onzième samedi consécutif. Un important dispositif policier était mobilisé autour du cortège.

Au total, quatre cortèges étaient attendus dans les rues de la capitale, selon une source policière, précisant qu'entre 60 000 et 80 000 manifestants devaient manifester dans toute la France. «On est là, même si Macron ne veut pas, nous on est là», ont scandé les manifestants. Parmi eux, un homme déguisé en Jésus Christ portant une croix en forme de rails sur laquelle figure l'inscription «Arbeit Macht Frei» (le travail rend libre), slogan apposé à l'entrée des camps de concentration et des camps d'extermination de l'Allemagne nazi.


■ A Uster, 3000 opposants aux mesures sanitaires scandent «Liberté, liberté»

Quelque 3000 opposants aux mesures contre le Covid, dont les «Freiheits-Trychlern» et le groupe «Mass-Voll», ont bruyamment manifesté samedi dans les rues d’Uster, dans le canton de Zurich. L’événement était autorisé par la police et s’est déroulé sans violence.

Une oratrice a lancé en début de manifestation que les «extrémistes de droite ne sont pas tolérés.» Tous ne sont pas des anti-vaccins, mais plutôt des opposants aux mesures, a-t-elle ajouté. Dans le cortège, on pouvait constater les habituelles critiques adressées au conseiller fédéral Alain Berset ainsi que des banderoles contre «l’obligation vaccinale».

Plusieurs contre-manifestants sont apparus sur le parcours. On pouvait lire «Uster est vaccinée» sprayé sur des murs. Des habitants ont affiché une banderole: «A cause de gens comme vous, il n’y pas de marché à Uster cette année.» Sous leurs pieds des manifestants se trouvaient également des messages dessinés à la craie ou à la peinture. Les défenseurs de la vaccination soulignent le coût humain de «l’égoïsme» de certains, comme le montre une photo publiée sur Twitter.


■ L’Inde exportera 8 millions de vaccins Covid-19 en octobre

L’Inde exportera huit millions de doses de vaccin contre le coronavirus d’ici la fin du mois d’octobre, après avoir levé son interdiction d’envoyer des doses à l’étranger, a déclaré samedi un haut responsable du ministère des affaires étrangères. Le premier ministre Narendra Modi a fait cette promesse lors d’un sommet avec les dirigeants des États-Unis, du Japon et de l’Australie – «le quadrilatère» de la région Pacifique – à Washington vendredi.

La plupart des vaccins iront à des nations de la région Asie-Pacifique, où ces pays cherchent à contrer l’influence croissante de la Chine, a déclaré le ministre des affaires étrangères, Harsh Vardhan Shringla, lors d’une conférence de presse vidéo. Narendra Modi a déclaré que l’Inde fournirait huit millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson, qui est fabriqué sous licence par la société indienne Biological-E, a indiqué Harsh Vardhan Shringla. «Ce vaccin sera prêt d’ici la fin du mois d’octobre. Il s’agit d’une livraison immédiate, du quadrilatère à la région indo-pacifique», a-t-il déclaré aux journalistes.


■ Les terrasses de La Havane revivent après neuf mois de fermeture

Assise en terrasse avec deux amies face à des boules de glace, ce dont elle rêvait depuis neuf mois, Himilcie Ruiz affiche un grand sourire: «On est très contentes de la réouverture» des restaurants de La Havane, assure-t-elle.

Jeudi soir et presque par surprise, les autorités cubaines ont annoncé la réouverture «progressive», dès le lendemain, des restaurants et bars dans une grande partie du pays, ainsi que des services légaux et notariaux, tous fermés depuis janvier en raison de la pandémie de coronavirus.

Cette réouverture se justifie par le «processus de vaccination mené avec succès», a souligné la ministre du Commerce intérieur, Betsy Diaz, mais aussi la nécessité d’une «relance économique», a ajouté le gouverneur de La Havane, Reynaldo Garcia Zapata. Elle est une première étape avant que Cuba rouvre en grand ses portes aux touristes étrangers, à partir du 15 novembre.


■ Uster attend plusieurs milliers d’opposants aux mesures sanitaires

Ils veulent à nouveau se faire entendre. Les opposants aux mesures sanitaires se réuniront ce samedi à 14h dans la commune zurichoise d’Uster. La ville, qui a autorisé le rassemblement, attend plusieurs milliers de personnes. En contact avec les organisateurs, les autorités locales s’attendent à une «manifestation pacifique», loin des débordements constatés à Berne, aux abords du Palais fédéral. Jeudi, malgré l’interdiction des manifestations, plusieurs centaines de contestataires ont défilé sous haute surveillance policière. La police a notamment fait usage de balles en caoutchouc pour disperser la foule.