■ L’essentiel

Selon un sondage effectué par le site Comparis, la pandémie a peu modifié la position de la population suisse face à la vaccination.

La Suisse a entamé lundi sa semaine de la vaccination. Les cantons multiplient les actions pour convaincre la population.

Retrouvez notre suivi de la journée de mardi.


■ Troisième dose de rappel à partir de lundi à Fribourg

Le canton de Fribourg a arrêté le calendrier lié à la troisième dose de rappel. Les injections commenceront dès lundi dans les EMS et les foyers de jour pour les résidents qui le souhaitent. Pour les autres personnes, âgées elles aussi de plus de 65 ans, le centre cantonal de vaccination commencera l’administration des doses dans une semaine, soit le 17 novembre, a indiqué mercredi la Direction de la santé et des affaires sociales.

Toutes les troisièmes doses de rappel s’effectueront sur rendez-vous. Les inscriptions sont ouvertes sur internet, précise le communiqué. il faut avoir reçu sa dernière dose de vaccin il y a plus de six mois pour pouvoir bénéficier de la dose de rappel. Comme pour la première campagne, et au vu du nombre important de personnes concernées, une liste d’attente est mise en place.


■ La Suisse compte 4150 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

La Suisse compte 4150 cas, 55 hospitalisations et 14 décès supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Durant les dernières 24 heures, les résultats de 28 468 tests ont été transmis, indique l’OFSP. Le taux de positivité s’élève à 10,68%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d’infections est de 31 374, soit 360,23 nouvelles infections pour 100 000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d’une dizaine de jours, est lui de 1,33.

Au total 11 231 994 doses de vaccin ont été administrées et 64,46% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 73,35%.


■ La règle autrichienne du «vacciné ou guéri» impacte une station de ski grisonne

La limitation du certificat covid aux vaccinés et aux personnes guéries, introduite depuis peu en Autriche, impacte la station de ski grisonne de Samnaun. Reliée directement à sa voisine tyrolienne Ischgl, celle-ci se voit contrainte à en faire de même en première suisse.

Les remontées mécaniques du domaine skiable austro-suisse de Silvretta, au-dessus de Samnaun et d'Ischgl (A), ont décidé d'appliquer la même règle sur les installations transfrontalières, indique mercredi le directeur des remontées mécaniques de Samnaun, Mario Jenal, à la Südostschweiz et au site d'informations en ligne nau.ch. «Il s'agit d'éviter toute confusion pour nos hôtes», souligne-t-il, en espérant que ces derniers comprendront la décision.

Les personnes ne répondant pas aux exigences sanitaires du secteur binational pourront toutefois se rabattre sur la partie exclusivement suisse du domaine skiable. Cette partie représente un tiers de l'ensemble du domaine skiable. Il y prévaut cependant la règle «vacciné, guéri ou testé négatif», contrairement aux autres domaines skiables suisses, afin de pouvoir contrôler les certificats covid en vallée pour les restaurants d'altitude.


■ L’EMA examine une demande d’autorisation du vaccin de Moderna pour les 6-11 ans

Le régulateur européen a déclaré mercredi qu’il prévoyait de décider dans un délai d’environ deux mois si l’utilisation du vaccin contre le Covid-19 de Moderna doit être étendue aux enfants âgés de 6 à 11 ans.  Celui-ci est pour le moment autorisé à partir de 12 ans par l’EMA. Mais plusieurs pays, dont la France lundi, ont déconseillé le recours à Moderna en-dessous d’un certain âge (30 ans en France), à cause d’inquiétudes autour de risques de myocardites. Cet effet secondaire a été détecté notamment chez les adolescents et jeunes adultes, surtout masculins.

Fin octobre, Moderna avait annoncé des résultats positifs de ses essais cliniques pour les enfants de 6 à 11 ans, le vaccin ayant provoqué «une réponse immunitaire forte» avec des niveaux d’anticorps «robustes» détectés. Le serum de Pfizer est déjà autorisé depuis peu pour cette tranche d’âge aux Etats-Unis, où le remède de Moderna n’est pour le moment autorisé qu’à partir de 18 ans. L’EMA est également en train d’étudier les données de Pfizer, qui a déposé une demande d’autorisation pour son propre vaccin chez les 5 à 11 ans. Cet examen pourrait être conclu en décembre, a-t-elle fait savoir la semaine dernière.


■ En France, pas de pass sans vaccin de rappel pour les plus de 65 ans

Emmanuel Macron a annoncé mardi soir que le pass sanitaire ne sera délivré aux plus de 65 ans que s’ils auront effectué un vaccin de rappel contre le Covid-19.

Pour les plus de 65 ans, «à partir du 15 décembre, il vous faudra justifier d’un rappel pour prolonger la validité de votre pass sanitaire», a déclaré le président français à la télévision, tandis que les contaminations repartaient à la hausse dans l’Hexagone.


■ Les antivax soupçonnés d’avoir saboté un concert à Lausanne

Le concert «Back on tour», organisé dans le cadre de la semaine nationale de vaccination contre le Covid-19, n’a attiré pas plus d’une soixantaine de spectateurs mardi soir à Lausanne. Le concert était pourtant annoncé complet.

Lire à ce sujet: Les anti-vaccins ont-il vraiment saboté un concert en faveur de la vaccination?

La jauge était fixée à 500 personnes sans obligation de présenter un certificat Covid. Au total, une centaine de personnes étaient présentes, en comptant les journalistes et les officiels, dont les conseillères d’Etat Béatrice Métraux et Rebecca Ruiz ou le syndic de Lausanne Grégoire Junod. Des antivax sont soupçonnés d’avoir réservé leur billet gratuitement sur Internet sans se présenter sur place, sans qu’aucun élément ne puisse attester cette hypothèse.

Lancée lundi, la tournée «Back on tour» est présentée comme le point d’orgue de la semaine de vaccination, avec des artistes comme Stress, Danitsa, Stefanie Heinzmann et Sophie Hunger. Elle doit permettre de se faire vacciner sur place. Mais seules trois personnes ont profité de cette possibilité, selon un responsable interrogé sur place. La tournée doit se poursuivre mercredi à Sion.

Lire aussi: Des stars et un bus pour convaincre les Vaudois de se faire vacciner


■ Pfizer demande l’autorisation d’une 3e dose pour tous les adultes

Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont annoncé mardi avoir formellement déposé un dossier demandant à l’Agence américaine des médicaments, la FDA, d’autoriser une troisième dose de leur vaccin anti-Covid pour toutes les personnes de plus de 18 ans.

Les deux entreprises ont publié en octobre les résultats d’un essai clinique réalisé sur 10’000 personnes montrant qu’une dose de rappel du vaccin était efficace à 95,6% contre les formes symptomatiques de la maladie.

Sur la base de cette étude, elles ont demandé à la FDA d’amender l’autorisation en urgence qui leur permet actuellement de distribuer une troisième dose à toutes les personnes âgées de plus de 65 ans ainsi qu’aux adultes âgés de 18 à 64 ans risquant de développer une forme grave de la maladie ou fortement exposés au virus en raison de leur travail.

Plusieurs autres pays ont déjà autorisé l’administration d’une dose de rappel contre le coronavirus pour stimuler l’immunité des personnes vaccinées, qui semble baisser après plusieurs mois, selon certaines études.

En Europe, l’Agence des Médicaments (EMA) a approuvé début octobre le principe d’une troisième dose de Pfizer/Biontech pour les plus de 18 ans, laissant aux Etats le choix plus précis des populations éligibles.


■ Masque à nouveau obligatoire à l’école dans toute la France lundi

Le port du masque sera de nouveau obligatoire à l’école élémentaire à partir de lundi dans toute la France, a annoncé mardi le ministère de l’Education, après l’allocution du président Emmanuel Macron. Le gouvernement avait annoncé en septembre la fin du port du masque pour les élèves du primaire dans les départements les moins touchés par l’épidémie.

Début octobre, 47 départements avaient ainsi pu l’enlever, suivis par d’autres les semaines suivantes. Au total, le port du masque à l’école avait été levé avant la Toussaint dans 79 départements, avant de revenir en force avec la reprise de l’épidémie.