15 mai 1975: la Corse est divisée en deux départements pour la première fois depuis 1790.

22 août 1975: des commandos de l'Action pour la renaissance corse occupent une coopérative vinicole à Aléria (Haute-Corse). Les forces de l'ordre donnent l'assaut. Deux gendarmes sont tués, ainsi qu'un autre deux jours plus tard lors d'une émeute à Bastia.

5 mai 1976: première «nuit bleue» et apparition du Front de libération nationale de la Corse.

2 mars et 30 juillet 1982: après une amnistie et dans le cadre de la décentralisation, création d'une collectivité territoriale et d'une Assemblée de Corse bénéficiant d'un statut particulier.

1988: après la réélection de François Mitterrand à la présidence, nouvelle amnistie et amorce de dialogue avec les nationalistes modérés.

13 mai 1991: création d'un conseil exécutif collégial.

1995-1996: lutte fratricide entre mouvements nationalistes.

11-12 janvier 1996: conférence de presse clandestine nocturne des nationalistes armés.

6 février 1998: assassinat du préfet Erignac à Ajaccio.

20-21 avril 1999: incendie nocturne du restaurant de plage «Chez Francis».

30 novembre 1999: après une vague d'attentats, début du processus de Matignon. Suivi d'une trêve annoncée par quatre organisations nationalistes.

29 août 2000: démission du ministre de l'Intérieur, Jean-Pierre Chevènement.

22 janvier 2002: adoption d'une loi qui opère d'importants transferts de compétences et de biens de l'Etat à la collectivité territoriale de Corse.