Le Vatican a publié jeudi matin un communiqué en réaction à l’article du New York Times. Il rappelle que la CDF n’a été informée de ce cas qu’à la fin des années 1990, soit plus de deux décennies après la révélation des abus aux autorités diocésaines. Le communiqué précise que la CDF a suggéré à l’archevêque de Milwaukee d’envisager de «restreindre le ministère public du Père Murphy» et de lui demander de «reconnaître la pleine responsabilité de la gravité de ses actes». Le Vatican justifie la clémence de la CDF en expliquant que le prêtre «était vieux, en mauvaise santé, qu’il vivait en réclusion et qu’aucune nouvelle allégation d’abus n’avait été rapportée depuis vingt ans».