L’essentiel

La Suisse bat un nouveau record: elle compte 87 278 cas en 72 heures.

Le canton de Vaud fermera prochainement les centres de vaccination de Gland, Aigle et de Beaulieu.

Dans les cantons romands, le taux de vaccination des enfants est inférieur à 2%.

En France, le pass vaccinal est entré en vigueur ce lundi.

 

Retrouvez  notre résumé de la journée de dimanche.


■ L'entraîneur de l'Inter Milan Inzaghi positif au Covid

Simone Inzaghi, l'entraîneur de l'Inter Milan, a été testé positif au Covid-19 «à l'occasion d'un test de contrôle», précise par voie de communiqué le club champion d'Italie en titre. Il suivra donc «les procédures prévues par le protocole sanitaire.»

L'Inter Milan est actuellement en tête de la Serie A avec quatre longueurs d'avance (et un match de retard à jouer) sur ses deux premiers poursuivants, Naples et l'AC Milan. En raison de la trêve internationale, les Nerazzurri ne joueront toutefois pas avant le week-end des 5-6 février, avec au programme le derby milanais contre les Rossoneri, lors de la 24e journée.


■ CAN: le gardien des Comores ne va pas pouvoir jouer ce soir

Le gardien des Comores, Ali Ahamada, a été testé négatif au Covid-19 mais n'est «pas éligible» pour jouer le 8e de finale contre le Cameroun ce lundi à la CAN. Le médecin en chef de la Confédération africaine de football (CAF), Sidiki Boubakary, écrit: «Le premier test du joueur comorien date de deux jours. Il aurait pu être éligible si ce premier test PCR datait de cinq jours ou plus» 

Les Comores, qualifiées pour la première fois de leur histoire pour la Coupe d'Afrique, n'ont pas de gardien disponible pour le 8e de finale contre le Cameroun, organisé ce lundi soir. Les «Coelacanthes» ont posé une demande de dérogation pour pouvoir aligner leur seul gardien valide et attendent toujours une réponse de la CAF. 

Le milieu de terrain Yassine Bourhane, positif samedi, a également été contrôlé négatif lundi et attend lui aussi une dérogation, précise une porte-parole de l'équipe


■ Au Royaume-Uni, un secrétaire d'Etat démissionne

Un secrétaire d'Etat britannique au Trésor, Theodore Agnew, a démissionné ce lundi après les révélations de fraudes massives sur des prêts gouvernementaux d'urgence aux entreprises pendant la pandémie. Le montant est estimé à 4,9 milliards de livres. 

Cinglant, il a déclaré lors d'une allocution à la Chambre des Lords, dont il est un membre, que le Trésor britannique semble avoir «peu de connaissance ou d'intérêt» dans les conséquences de la fraude sur notre société.

La supervision du ministère des Entreprises et de la Banque britannique des affaires a été rien moins qu'affligeante», a-t-il encore asséné.

D'après lui, des «erreurs de débutant» ont été faites, comme octroyer des prêts à plus de mille entreprises qui n'étaient «même pas en activité quand le Covid-19 est arrivé». Et de déclarer: «Etant donné que je suis le ministre de la lutte contre la fraude, il serait malhonnête que je reste à un poste que je suis incapable de faire correctement.»

Cette décision a été saluée par ses pairs, conservateurs et travaillistes, comme un signe de rare intégrité.


■ Un nouveau test rapide mis au point en Suisse

Des chercheurs de l’Institut Paul Scherrer et de l’Université de Bâle ont développé un nouveau test rapide. Il doit encore être testé et optimisé avant de pouvoir être distribué. Ses résultats devraient être plus fiables que ceux obtenus avec les tests antigéniques actuels. Ces derniers «ne disent que si le sujet est infecté ou non. Mais ils ne fournissent aucune information sur l’évolution de l’infection ou sur la réaction immunitaire des sujets», pointe un communiqué du Conseil fédéral.

Le nouveau modèle mis au point «ne détecte pas directement des composants du virus, mais les anticorps que le système immunitaire produit en réaction à l’infection.» Il permet donc de suivre son évolution, mais aussi d’identifier d’autres agents pathogènes comme la grippe. Son fonctionnement est détaillé dans la revue spécialisée ACS Applied Nanomaterials.


■ Deux millions de doses pour le Kenya et la Mauritanie

Les Etats-Unis vont fournir près de 2 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 au Kenya et à la Mauritanie, a annoncé lundi un responsable de la Maison Blanche à l’AFP. Ces doses sont acheminées via le mécanisme international Covax, mis en place pour les pays pauvres, et devraient arriver à destination lundi.


■ La Suisse a enregistré 87 278 cas en trois jours

La Suisse compte lundi 87 278 cas de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Lundi dernier, l’OFSP avait annoncé 67 906 cas pour trois jours, soit 19 372 de moins. Lundi 10 janvier, on comptait 63 647 cas et lundi 3 janvier, 57 387 cas pour 72 heures.

Ce lundi 24 janvier:

  • On déplore 35 décès supplémentaires.
  • 247 malades ont été hospitalisés.
  • 627 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs.
  • Les patients Covid-19 occupent 26,70% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d’occupation est de 72,70%.

Côté vaccination. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,49%, indique l’OFSP.


■ Trois centres de vaccination du canton de Vaud cessent leur activité

Les centres de vaccination de Gland et Aigle fermeront leurs portes à la fin du mois de janvier. Celui de Beaulieu cessera également son activité le 5 février prochain a annoncé le canton de Vaud dans un communiqué lundi. L’offre reste néanmoins importante puisque les centres restant seront toujours en mesure d’administrer plus de 24 000 doses par semaine.

Depuis le début de la pandémie, près de 1 4000 000 doses ont été administrées à la population résidant dans le canton de Vaud et plus de 85% de la population éligible a été vaccinée, détaille le communiqué. En raison de la diminution de la demande, le conseil d’Etat a décidé de redimensionner son dispositif.


■ Fin du dépistage obligatoire pour les voyageurs vaccinés entrant en Angleterre

Le gouvernement britannique a annoncé lundi lever l’obligation d’effectuer un dépistage du Covid-19 pour les voyageurs entièrement vaccinés arrivant en Angleterre.

Jusqu’à présent, les voyageurs entièrement vaccinés doivent réserver en avance un test (antigénique ou PCR) du Covid-19 à réaliser après leur arrivée. Ceux qui ne sont pas entièrement vaccinés doivent faire un test avant leur départ, puis deux tests PCR après leur arrivée, et doivent s’isoler 10 jours.


■ Le covid long toujours pas pris en considération

L’organisation de patients atteints du covid long en Suisse critique vivement le Conseil fédéral et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Après deux ans de pandémie, les autorités préfèrent fermer les yeux sur l’ampleur des conséquences à long terme des maladies dues au Covid-19, leur reproche l’organisation dans un communiqué. L’association Long Covid Suisse lundi demande depuis plus d’un an que les cas et l’évolution de la maladie soient systématiquement enregistrés. Elle espère en tirer de nouvelles connaissances en matière de traitement. «Après bientôt deux ans, les problèmes des personnes concernées par les effets à long terme de la maladie ne sont toujours pas pris au sérieux par les milieux politiques», poursuit le communiqué.


■ La Chine lève le confinement de Xi’an

Le long confinement de la ville de Xi’an (nord de la Chine) a été levé lundi, ont annoncé les autorités, qui ont fait état par ailleurs de 72 cas de Covid chez les participants aux JO de Pékin. Les 13 millions d’habitants de l’antique capitale impériale avaient été confinés à domicile le 22 décembre après la découverte d’un foyer qui a contaminé au total plus de 2 100 personnes. Ce confinement d’un mois est le plus long et le plus étendu imposé en Chine depuis la mise en quarantaine de la métropole de Wuhan, premier épicentre de la pandémie, de janvier à avril 2020.


■ D’après l’OMS, il est possible de mettre fin à la phase aiguë de la pandémie cette année

il est possible de mettre fin à la phase aiguë de la pandémie cette année, a affirmé lundi le chef de l’OMS, même si le Covid-19 provoque un décès toutes les 12 secondes dans le monde. «Nous pouvons mettre fin à la phase aiguë de la pandémie cette année – nous pouvons mettre fin au Covid-19 en tant qu’urgence sanitaire mondiale», le niveau d’alerte le plus élevé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Il a néanmoins averti qu'«il est dangereux de supposer que (le variant très contagieux) Omicron sera le dernier variant ou de parler de fin de partie», car les conditions sont «idéales» actuellement dans le monde pour que d’autres variants émergent. Le potentiel d’un variant «plus transmissible et plus mortel» est «très réel», selon Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Relire: Le patron de l’OMS: «2022 doit être l’année où nous mettrons fin à la pandémie»

Pour mettre fin à la phase aiguë de la pandémie, les pays ne doivent pas rester les bras croisés, et doivent entre autres lutter contre l’iniquité vaccinale, surveiller le virus et ses variants et prendre des mesures de restrictions adaptées, a-t-il expliqué à l’occasion de l’ouverture du Comité exécutif de l’OMS, qui se réunit cette semaine à Genève (Suisse).

Le chef de l’OMS demande inlassablement depuis des semaines aux Etats membres d’accélérer la distribution de vaccins dans les pays pauvres, avec pour objectif de parvenir à vacciner 70% de la population de chaque pays mi-2022. Or, en Afrique, 85% de la population n’a pas encore reçu une seule dose de vaccin, a-t-il pointé. La moitié des 194 Etats membres de l’OMS ont déjà raté l’objectif de 40% de couverture vaccinale pour fin 2021, selon l’OMS.

Le Conseil exécutif de l’OMS, qui réunit une trentaine de pays, doit également entendre mardi le Dr Tedros à propos de sa candidature à sa réélection à la tête de l’organisation. Il est le seul en lice.


■ Panne des nouveaux certificats Covid pour les guéris

La Confédération ne peut pour l’instant pas délivrer de certificats Covid aux personnes guéries sur la base de tests rapides d’antigènes. Des problèmes techniques sont apparus, a annoncé lundi l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication (OFIT). Ces certificats d’un nouveau genre devaient être délivrés à partir de lundi. La Confédération avait décidé de les introduire comme solution temporaire, en raison de la pénurie de tests PCR due à la vague d’infections au variant Omicron.

Jusqu’à présent, les personnes concernées devaient présenter un test PCR positif pour obtenir un certificat attestant de leur guérison. Alternativement, elles pouvaient obtenir un certificat sur la base d’un test d’anticorps valable uniquement en Suisse. Les nouveaux certificats de guérison délivrés sur la base d’un test rapide d’antigène positif ne sont également valables qu’en Suisse – à partir du 11e jour après le test positif. Ils expirent 270 jours après le test positif.

Pour l’instant, très peu de personnes devraient être concernées par le problème, car seuls les tests rapides d’antigènes effectués le 24 janvier ou plus tard donnent droit à un tel certificat.

La présentation et le contrôle des certificats existants ne sont pas affectés par la panne, souligne l’OFIT. L’établissement de tous les autres types de certificats Covid fonctionne également comme d’habitude. L’office fait tout son possible pour résoudre le problème, ajoute-t-il.


■ Cathay Pacific prévoit de perdre jusqu’à 193 millions par mois

La compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific s’apprête à perdre jusqu’à 193 millions de dollars (176 millions de francs) par mois à partir de février, a-t-elle annoncé lundi. Le transporteur est durement frappé par les restrictions imposées par Hongkong pour lutter contre le coronavirus.

En janvier, les vols de fret de Cathay – l’un des rares secteurs où la compagnie gagnait encore de l’argent – ont été réduits à 20% de leur capacité pré-pandémique, tandis que les vols de passagers ne représentaient plus que 2%, a déclaré lundi son PDG, Augustus Tang. Comme la Chine, Hongkong applique une stricte stratégie «zéro covid» qui a maintenu les contaminations très basses, mais a quasiment coupé ce centre international de la finance du reste du monde ces deux dernières années.


■ La demande de vaccination des enfants est modeste en Suisse

Possible partout en Suisse depuis le début de l’année, la vaccination des enfants contre le Covid-19 reste faible. Environ 32 000 enfants âgés de 5 à 11 ans ont été vaccinés à ce jour. Le taux de vaccination est de 5,2% et les différences entre régions sont considérables. C’est en Suisse romande que le taux est le plus faible avec une moyenne nettement inférieure à 2%. Neuchâtel compte le taux le plus bas (1,4%), Genève le plus élevé (1,8%), selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), évoqués lundi par la radio alémanique SRF.

Lire à ce sujet: Pourquoi la vaccination des enfants a peu de succès

En revanche, Bâle-Campagne et Bâle-Ville comptent le plus grand nombre d’enfants vaccinés jusqu’à présent, avec des taux respectifs de 11,8 et 12,8%. Dans les cantons de Zurich et de Berne, 7,7 et 7,1% des 5 à 11 ans ont été vaccinés. En valeurs absolues, ce sont ces deux cantons qui comptent le plus d’enfants vaccinés contre le Covid: 8600 à Zurich et 5000 à Berne.

La demande a été forte au début, a expliqué à la SRF Gundekar Giebel, porte-parole de la direction de la santé du canton de Berne. Les parents qui espéraient pouvoir faire vacciner leurs enfants le plus rapidement possible l’ont fait le premier week-end. Entre-temps, la demande s’est réduite. La situation est différente à Zurich: «Nous enregistrons toujours une forte demande et nous mettons en permanence à disposition des rendez-vous», indique un responsable de la direction de la santé zurichoise.


■ Avant l’ouverture des JO, les organisateurs ajustent leurs mesures anti-Covid

Les organisateurs des Jeux olympiques de Pékin (4 au 20 février) ont précisé lundi leurs mesures sanitaires, alignant notamment la sensibilité de leur dépistage du Covid-19 sur les standards occidentaux, face aux inquiétudes des premières délégations. Dès les premiers tests PCR menés à l’aéroport, puis quotidiennement, seules les personnes détectées positives avec un «seuil CT» inférieur à 35 seront considérées comme telles et placées à l’isolement dans des chambres dédiées, précise le communiqué.

La question commençait à inquiéter après les témoignages de plusieurs techniciens et journalistes de médias internationaux testés positifs à l’arrivée en Chine, malgré une succession de tests négatifs juste avant leur départ, ce qui jetait un doute sur la sensibilité supérieure des dépistages chinois. La présence du Covid-19 étant détectée par «zooms» successifs dans l’échantillon prélevé, un nombre élevé de cycles d’amplification génétique (dits CT) permet de trouver des traces de virus même chez un patient qui ne présente plus de risque contagieux.


■ «Il est plausible que l’Europe se rapproche d’une fin de la pandémie»

Voilà ce que déclare à l’AFP le directeur de l’OMS Europe. Une sortie de la pandémie de Covid-19 pourrait se profiler en Europe, deux ans après l’apparition de cette maladie sur le Vieux Continent où Omicron pourrait avoir contaminé 60% de la population d’ici à mars. Hans Kluge appelle toutefois à la prudence du fait de la versatilité du virus.

«Une fois que la vague Omicron sera calmée, il y aura pendant quelques semaines et quelques mois une immunité globale, soit grâce au vaccin, soit parce que les gens seront immunisés en raison de l’infection, et aussi une baisse en raison de la saisonnalité», a-t-il estimé.

L’OMS table alors sur «une période de calme avant peut-être le retour du Covid-19 vers la fin de l’année, mais pas nécessairement le retour de la pandémie».

Relire: Quand pourrons-nous dire de la pandémie qu’elle est terminée?


■ En France, le pass vaccinal remplace le pass sanitaire

Ce pass vaccinal devient obligatoire pour les personnes de plus de 16 ans souhaitant se rendre au restaurant ou prendre le train.

A partir de ce lundi, un test négatif ne suffit plus, sauf pour accéder aux établissements et services de santé: il faut justifier pour les plus de 16 ans d’un statut vaccinal contre le Covid-19 afin d’avoir accès aux activités de loisirs, restaurants et bars (sauf restauration collective), foires ou transports publics interrégionaux (avions, trains, cars). Seule exception validée par le Conseil constitutionnel, en pleine campagne présidentielle, il n’est pas possible d’exiger un pass sanitaire lors de meetings politiques.


■ Manifestation de camionneurs contre l’obligation vaccinale à la frontière canado-américaine

Des dizaines de camionneurs canadiens, réunis en convois, ont entamé dimanche un long périple vers Ottawa pour dénoncer l’obligation d’être vacciné pour franchir la frontière canado-américaine. Le Canada et les Etats-Unis imposent désormais le passeport vaccinal contre le Covid-19 pour traverser cette frontière, la plus longue du monde avec près de 9000 km.

Cette mesure est entrée en vigueur le 15 janvier au Canada et samedi dernier aux Etats-Unis. Les autorités américaines menacent les éventuels contrevenants d’interdiction permanente du territoire, alors que le Canada impose aux routiers non vaccinés revenant des Etats-Unis une quarantaine de 14 jours.


■ A Hongkong, un hamster testé positif dans le cadre des abattages préventifs

Les autorités hongkongaises ont déclaré dimanche qu’un seul des 77 hamsters remis par leurs propriétaires au gouvernement avait été testé positif au Covid-19, dans le cadre d’une campagne d’abattage. Celle-ci a été mise en place après l’apparition de cas positifs dans une animalerie de la ville.

Plus de 2000 hamsters ont été abattus à «titre de précaution» après que certains d’entre eux, importés des Pays-Bas par une animalerie locale, eurent été testés positifs. Mardi dernier, les autorités avaient «fortement encouragé» toute personne ayant acheté un petit mammifère après le 22 décembre, soit juste avant Noël, à leur amener l’animal afin qu’il soit testé et euthanasié.


■ Une alliance de droite veut obtenir la levée des restrictions dès février

Une alliance composée de l’Union suisse des arts et métiers (USAM), d’autres associations de branches et de politiciens bourgeois veut demander mardi au Conseil fédéral de lever dès février la plupart des restrictions liées au coronavirus.

Lire: L’USAM et les partis de droite exigent une «journée de liberté»

Obligation du télétravail, certificat covid, 2G, limitation des rassemblements… voilà les restrictions que le groupe veut voir disparaître de l’échiquier. Il communiquera ses revendications lors d’une conférence de presse – confirmée, bien que les différents acteurs ne souhaitent pas commenter davantage – mardi.


■ Bruxelles sous le choc ce lundi

«Notre société n’acceptera jamais la violence aveugle, et encore moins à l’égard de nos forces de l’ordre», a déclaré dimanche soir le premier ministre Alexander De Croo via son porte-parole, en réaction aux émeutes qui ont accompagné une nouvelle manifestation contre les mesures sanitaires à Bruxelles. Plus de 50 000 personnes étaient dans les rues bruxelloises, dont de nombreux manifestants venus de l’étranger.