L'essentiel

La Suisse compte 1765 cas80 hospitalisations et 23 décès supplémentaires en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique. Le taux de positivité des 32 682 tests effectués s'élève à 5,40%. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,01.

Après l'Allemagne, la Suède et la France, les autorités sanitaires norvégiennes et danoises ont indiqué jeudi qu'elles réservent le vaccin anti-Covid d'AstraZeneca aux moins de 65 ans.

Mercredi, SwissMedic a annoncé qu'elle ne reconnaît pas à ce stade le vaccin d'AstraZeneca/Oxford: l'instance suisse des médicaments demande davantage de données.

La France a commencé à renforcer les contrôles à ses frontières.

Retrouvez notre suivi de la journée de mercredi


■ Jean Castex appelle à la prudence

L'heure n'est pas au relâchement de nos efforts

a lancé le premier ministre français Jean Castex ce jeudi soir lors d'un point de presse. Son gouvernement redoute le début des vacances d'hiver, qui commencent vendredi dans certaines régions. «Nous devons éviter tout relâchement. Comme vous l'avez fait à l'occasion des fêtes de fin d'année, je vous invite à la plus grande prudence durant ces congés, pour celles et ceux d'entre vous qui pouvez en prendre», a-t-il affirmé.

Afin de freiner la propagation du Covid-19, Jean Castex a également préconisé les tests. «Il y a peu de grippe en ce moment. Si vous avez de la fièvre, des maux de tête, la probabilité que vous ayez la Covid est grande: au moindre doute, faites-vous tester». Il a demandé à ceux qui seraient positifs de «s'isoler immédiatement».


■ Les festivals de musique veulent des «réponses claires»

L'association faîtières des organisateurs de festivals de musique a lancé «un appel urgent», expliquant avoir «besoin de clarté» pour préparer la saison 2021. Les festivals demandent l'application de directives uniformes dans toute la Suisse et une garantie financière en cas d'annulation. «Nous sommes tributaires d'une coopération constructive avec les autorités, de lignes directrices et de mesures d'ouverture transparentes et pragmatiques, ainsi que d'un dispositif de sauvetage financier de grande portée», indique la Swiss Music Promoters Association (SMPA) dans un communiqué.

Les festivals ont pu franchir le cap en 2020 grâce aux mesures de soutien financier rapidement mises en œuvre par la Confédération et les cantons, souligne l'organisation, qui propose d'élaborer une stratégie en mettant en place des concepts et des mesures de protection en collaboration avec les autorités compétentes. Il en va de la survie des festivals, estime la SMPA. Une garantie financière est aussi demandée, faute de quoi «la planification évènementielle devient une mission suicidaire».


■ Face au vaccin, les Français sont sceptiques

Selon un sondage effectué dans sept pays par une agence britannique et relayé par le Guardian, les Français et les Américains sont les moins enclins à se faire vacciner, alors qu'Allemands, Italiens et Britanniques semble plus confiants.


■ Etre vacciné ne donne pas droit à se passer du masque

En Allemagne, le Conseil d'éthique, chargé de conseiller le gouvernement d'Angela Merkel, s'est prononcé ce jeudi contre une levée des restrictions pour les seules personnes vaccinées, faute d'assurance à ce stade qu'elles ne puissent pas transmettre le virus.

«Un assouplissement individuel uniquement pour les personnes vaccinées» ne serait donc pas judicieux, a déclaré lors d'une conférence de presse sa présidente, Alena Buyx. Les personnes vaccinées devront ainsi continuer à porter le masque et respecter les limitations de réunions privées.


■ Tests de masse dans les stations vaudoises

Vaud va tenter les tests de dépistage du coronavirus à large échelle. Cette campagne se déroulera en priorité dans les stations des Préalpes, en prévision des vacances scolaires de février.

La première phase de tests se déroulera à Villars du vendredi 5 au dimanche 7 février. Elle se poursuivra dès lundi et pour trois jours aux Diablerets, puis dès jeudi à Leysin, a annoncé jeudi le Conseil d'Etat vaudois.

Toutes les personnes présentes dans les stations – résidents, employés ou touristes – pourront se présenter sans rendez-vous pour effectuer un test rapide de dépistage. Ces tests gratuits s'adressent à toute personne dès 12 ans révolus.


■ Un point de presse à l'heure de la distanciation sociale

L'ancien premier ministre italien Giuseppe Conte a tenu une conférence de presse ce jeudi 4 février à Rome. Il a promis de ne pas être «un obstacle» pour Mario Draghi, à qui il a souhaité «bon courage!». 


■ Les enseignants alémaniques demandent des tests généralisés

Le syndicat des enseignants alémaniques LCH demande que des tests à grande échelle soient réalisés de manière coordonnée dans les écoles de toute la Suisse pour lutter contre la pandémie.

Les cantons de Bâle-Campagne, de Zoug et des Grisons ont déjà annoncé leur intention d'effectuer des tests à grande échelle dans leurs écoles. La présidente de LCH Dagmar Rösler a exigé ce jeudi dans l'émission «Heute Morgen» de la radio alémanique SRF et dans les journaux de CH Media que des opérations similaires soient réalisées dans les écoles de toute la Suisse.

La pandémie touche tout le pays et les écoles devraient être fermées, a déclaré Dagmar Rösler à la radio. C'est pourquoi des tests de masse à l'échelle nationale devraient être réalisés. Une coordination nationale serait judicieuse, estime-t-elle.

Jusqu'ici, le Conseil fédéral a toujours décliné ce genre de demandes, arguant que l'école relève des cantons.


■ Les poignées et boutons retiennent peu le virus

Poignées de portes, touches de distributeurs ou autres boutons-poussoirs peuvent certes héberger le coronavirus, mais la probabilité de contagion par cette voie est très faible, selon des recherches avec participation de l'Institut de recherche sur l'eau (Eawag) que résume l'ATS.

Deux études auxquelles Eawag a contribué montrent qu'il n'y a pas vraiment de raison de s'inquiéter: la probabilité de se contaminer avec le SARS-CoV-2 de cette manière est beaucoup plus faible que par d'autres voies.

Les biologistes ont testé près de 350 échantillons prélevés d'avril à juin 2020 à la surface des portes de magasins, des couvercles de conteneurs à poubelles, des touches de distributeurs de billets, des pistolets de pompes à essence ou des boutons-poussoirs pour piétons.

Dans 29 échantillons, soit 8% des cas, du matériel génétique du virus a effectivement été détecté. Toutefois, les concentrations étaient si basses que les scientifiques estiment que la probabilité de contagion par ces surfaces contaminées est très faible: «Moins de 5 cas sur 10 000», selon Timothy Julian, de l'Eawag, cité jeudi dans un communiqué.

Lire la  dépêche complète


■ La Fédération des Croix-Rouges veut favoriser 500 millions de vaccinations

Les chiffres qu'articule ce jeudi matin à Genève la Fédération internationale des sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) sont sans appel. Plus de 60% des doses administrées jusqu'à présent ont été utilisées dans les 50 pays les plus riches. Contre 0,1% dans les 50 pays les plus pauvres.

Ainsi, la FICR lance un plan qui demande 100 millions de francs pour aider à immuniser cette année 500 millions de personnes parmi les plus vulnérables et dans les zones reculées dans les pays riches et en développement. Ce dispositif doit «compléter» et non pas être «concurrent» des efforts de Covax, le programme de l'ONU, assure Jagain Chapagain, secrétaire général: «Nous n'achèterons pas de doses». «Une fois que les doses de Covax seront disponibles, nous serons prêts à faciliter leur distribution» à l'intérieur des différents pays.


■ A leur tour, Norvège et Danemark limitent l'AstraZeneca aux moins de 65 ans

Les autorités sanitaires norvégiennes et danoises indiquent que le vaccin anti-Covid d'AstraZeneca serait réservé aux moins de 65 ans, faute de données suffisantes sur ses effets au-delà de cet âge.

Les deux royaumes nordiques adoptent ainsi la ligne choisie par plusieurs pays de l'Union européenne, dont la Norvège n'est pas membre mais à laquelle elle s'est associée pour l'approvisionnement en vaccins.


■ L'Allemagne évoque un desserrement

Changement de ton. Ce jeudi, le ministre allemand de la Santé vient de se prononcer en faveur d'un début d'assouplissement avant la fin de l'hiver des mesures de restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

«Nous ne pouvons rester dans ce confinement dur tout l'hiver, notre société ne le supporterait pas bien», a dit Jens Spahn au groupe de presse régional Funke, alors que l'impatience de la l'opinion se fait de plus en plus sentir. En outre, «les chiffres sont encourageants, nous observons une tendance significative à la baisse concernant les nouvelles infections», a ajouté le ministre.

Le taux dit d'incidence, le nombre moyen de nouvelles infections pour 100 000 habitants, est passé sous les 100, à 87 jeudi, et se rapproche de 50, le seuil souhaité par les autorités.


■ Le Chili commence à vacciner de manière massive

Quelque 140 000 personnes ont reçu une injection contre le Covid-19 au cours de la première journée d'un programme de vaccination massive lancé mercredi au Chili, a annoncé mercredi soir le gouvernement.

Plus de 1400 centres de vaccination ont été installés dans tout le pays, et plus d'un million de doses du vaccin du laboratoire chinois Sinovac ont été distribuées dans ces centres, sur un total de 4 millions de doses que le Chili a reçues la semaine dernière.

Au cours de la première journée, 140 412 personnes ont reçu une injection. Le programme a commencé par les personnes âgées de plus de 90 ans. Il doit se poursuivre jeudi avec les personnes ayant entre 87 et 89 ans et se poursuivra quotidiennement selon des catégories d'âge décroissantes.


■ La Chaîne du Bonheur atteint un sommet

C'est «la plus importante et la plus longue collecte en faveur de l’aide en Suisse depuis 2005», année d'intempéries, écrit la Chaîne du Bonheur dans un communiqué ce jeudi matin.

L’organisation a drainé  43 millions de francs de dons récoltés dans le cadre de sa collecte «Coronavirus en Suisse». Elle a attribué «en peu de temps» 36,1 millions de francs afin de soutenir les personnes frappées par les conséquences de la crise sanitaire.

L'organisme de bienfaisance précise encore qu'«en complément à la collaboration avec ses deux partenaires de longue date Caritas Suisse et la Croix-Rouge suisse, la Chaîne du Bonheur a mis sur pied une coopération inédite avec 200 organisations afin de concrétiser l’aide en Suisse. Grâce à ce dispositif, plus de 1,7 million de personnes ont reçu un soutien sous forme d’aide financière, de services, d’aide alimentaire ou encore de conseil.»