Une vingtaine de véhicules arborant des drapeaux syriens et chargés de soldats ont quitté la ville en début d’après-midi, a expliqué la journaliste qui participait à une visite de presse organisée par les autorités.

Au bord de la route, des habitants scandaient des slogans en faveur de l’armée et lançaient du riz et des fleurs sur les soldats.

«Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi Bachar», «Le peuple de Deir Ezzor veut Bachar el-Assad», scandaient les soldats en l’honneur du président syrien.

Le 7 août, des chars de l’armée étaient arrivés à Deir Ezzor, une ville située non loin de la frontière irakienne, à 430 km au nord-est de Damas, pour étouffer la contestation contre le régime. L’opération a tué entre 25 et 30 personnes, selon des militants.

«L’armée a procédé à une opération rapide et sensible à Deir Ezzor, à l’appel de ses habitants […], afin d’y ramener le calme et la stabilité», a déclaré aux journalistes un responsable militaire dans la ville, qui a requis l’anonymat.

«Des groupes armés avaient encerclé Deir Ezzor. Ils avaient érigé des barricades et empêché les habitants de sortir de chez eux», a-t-il expliqué, ajoutant: «L’armée a quitté la ville dès la fin de son opération.»