Le militant hongkongais Joshua Wong, figure du mouvement pro-démocratie, a été condamné jeudi à dix mois de prison supplémentaires, cette fois pour sa participation l'an passé à une veillée «illégale» en souvenir de la répression de la Place de Tiananmen.

Pendant des décennies, l'ex-colonie britannique a été le seul endroit de Chine où l'on commémorait l'intervention sanglante de l'armée chinoise contre le mouvement social et étudiant de 1989 à Pékin.

Mais pour la première fois en 30 ans, la veillée du 4 juin 2020 n'avait pas été autorisée par les autorités, qui avaient avancé le prétexte de la lutte contre la pandémie, dans un contexte de reprise en main musclée de la région semi-autonome par le pouvoir central chinois.

Lire aussi l'opinion: Hongkong et le nœud coulant chinois

Des dizaines de milliers de personnes avaient néanmoins bravé cette interdiction pour marquer pacifiquement le 31ème anniversaire de la répression de Tiananmen dans le Parc Victoria, dans le centre de Hongkong. Et des poursuites judiciaires avaient été engagées contre 24 personnalités du mouvement pro-démocratie.

«Dissuader de commettre des délits et de récidiver»

Jeudi, quatre d'entre eux, parmi lesquels Joshua Wong, Lester Shum, Tiffany Yuen et Janelle Leung, ont été condamnés, après avoir plaidé coupable le mois dernier de participation à un rassemblement illégal.

Joshua Wong, qui est une des figures de la contestation hongkongaise les plus connues à l'étranger, a écopé de 10 mois de prison, une peine qui s'ajoute à celle de 13 mois et demi de détention qu'il purge actuellement pour sa participation à une autre manifestation pendant le mouvement de protestation de 2019. Lester Shum a écopé de six mois de prison. Tiffany Yuen et Janelle Leung de quatre mois.

Lire encore: A Hongkong, une cinquantaine d'opposants arrêtés en vertu de la loi de sécurité nationale

«Cette peine doit dissuader des gens de commettre des délits et de récidiver», a déclaré le juge Stanley Chan.

Joshua Wong, Lester Shum et Tiffany Yuen, sont par ailleurs poursuivis dans un autre dossier, en vertu de la loi sur la sécurité nationale que Pékin a imposée l'an dernier à Hongkong, et qui est désormais le principal instrument de la répression chinoise dans l'ex-colonie britannique.