Le camp du président vénézuélien a lancé dimanche à Caracas et dans d’autres villes du pays la campagne électorale pour mettre en place l’assemblée constituante voulue par Nicolas Maduro, mais fermement rejetée par l’opposition.

«La puissante locomotive de la constituante se met en marche dès aujourd’hui, un jour historique!» a lancé Jorgé Rodriguez, chargé par le président Maduro de mener cette campagne pour le Parti socialiste gouvernemental (PSUV), devant des milliers de supporters dans l’Etat de Vargas (nord).

«Chaque vote sera une ratification pour la bataille de la paix», a poursuivi le dirigeant, alors que des manifestations quasi quotidiennes et des violences ont fait 91 morts depuis début avril.

Une consultation populaire symbolique organisée par l’opposition

Les opposants à Maduro sont encore descendus dans la rue dimanche, au 100e jour de la vague de protestation et après la libération de prison de Leopoldo Lopez, l’un des plus emblématiques opposants vénézuéliens, assigné à résidence à Caracas.

Lire aussi: La procureure générale du Venezuela tient tête à Nicolas Maduro

 

L’opposition rejette l’idée de l’élection d’une nouvelle assemblée constituante, prévue pour le 30 juillet, qui aura pour mission de rédiger une nouvelle Constitution afin de remplacer celle de 1999. Elle y voit une tentative du chef de l’Etat pour s’accrocher au pouvoir et prépare une consultation populaire symbolique le 16 juillet contre ce projet du camp chaviste (du nom d’Hugo Chavez, président de 1999 à sa mort en 2013). La coalition d’opposition de la Table de l’unité démocratique (MUD) a d’ailleurs choisi de ne pas présenter de candidats.

La campagne électorale doit s’achever le 27 juillet, trois jours avant le scrutin destiné à élire 545 personnes sur plus de 6100 candidats. Nicolas Maduro a décidé de suspendre son programme hebdomadaire à la télévision publique pour permettre la retransmission des actes de campagne.