Etats-Unis

La vente du studio Weinstein finalisée après des mois de saga

En faillite depuis les accusations d’abus sexuels contre son producteur star, la Weinstein Company vient officiellement de passer ce lundi sous le contrôle de la société d’investissement Lantern Capital pour 289 millions de dollars

Les derniers détails de la cession avaient été arrêtés la semaine dernière et validés par un juge du tribunal des faillites du Delaware.

Lire aussi : Le studio de Harvey Weinstein va se déclarer en faillite

Basé à Dallas (Texas), Lantern devait initialement payer 310 millions de dollars, mais avait obtenu un rabais à 289 millions de dollars après avoir découvert que certaines informations sur la situation du studio étaient erronées.

Le conseil d’administration du studio new-yorkais, fondé par Harvey Weinstein et son frère Bob en 2005, avait aussi confirmé jeudi la démission de quatre de ses cinq membres, y compris son président Bob Weinstein, et le départ de 20 employés, le tiers des effectifs restants. Mais malgré la finalisation de la vente, tous les problèmes sont loin d’être réglés.

Des créanciers à satisfaire

Plusieurs grands noms d’Hollywood, comme Quentin Tarantino, Meryl Streep ou George Clooney, avaient signé une motion cette semaine pour retarder la vente, arguant que le studio leur devait encore de l’argent et qu’aucun accord n’était intervenu avec les repreneurs.

D’autres créanciers - à commencer par les victimes présumées de Harvey Weinstein, dont plusieurs ont assigné en justice le producteur déchu comme le studio, accusé d’avoir fermé les yeux, voire facilité ses abus - attendent encore de savoir comment ils seront dédommagés.

Cette question a longtemps empoisonné la reprise: le projet de Lantern a été négocié en collaboration avec le bureau du procureur de l’Etat de New York, qui avait bloqué une première tentative car il jugeait insuffisantes les dispositions pour indemniser les victimes présumées.

Lire aussi : Harvey Weinstein, la chute publique

Au delà d’un catalogue de 277 films, dont «Le Discours d’un roi» ou «The Artist», la Weinstein Company dispose de plusieurs films achevés mais à la distribution en suspens - comme «The Upside», un remake des «Intouchables» avec Nicole Kidman et Bryan Cranston, qui devait sortir en octobre 2017 quand le scandale a éclaté - et de films en cours de développement.

Harvey Weinstein, 66 ans, longtemps l’un des producteurs favoris d’Hollywood pour avoir développé un cinéma original comme celui de Quentin Tarantino, a été accusé depuis octobre d’abus sexuels allant du harcèlement au viol par près d’une centaine de femmes, dont des stars comme Angelina Jolie, Ashley Judd ou Salma Hayek.

Le producteur a été inculpé à New York pour des agressions sexuelles, y compris un viol, sur trois femmes différentes.

Lire aussi : L’affaire Weinstein, chronique d'un séisme social

Dossier
Harcèlement et agression sexuels, la loi du silence

Publicité