Le Japon a vécu mardi une journée contrastée. Au recueillement observé à la cérémonie organisée pour les funérailles nationales de l’ancien premier ministre Shinzo Abe, assassiné en juillet dernier, ont répondu les clameurs de manifestants hostiles à cet hommage décidé sans consultation par le gouvernement.