Son but: «Il est important que les politiques s’informent au sujet de l’hydrofracturation. C’est le futur de l’énergie aux Etats-Unis, dit-il. Vu tous les mensonges et la désinformation à ce propos, nous nous réjouissons d’apporter au Capitole la vérité au sujet de la fracturation hydraulique.»

Le documentaire de Phelim McAleer, qui est aussi diffusé mardi 26 sur AXS TV, prend le contre-pied d’un autre film de Josh Fox, «Gasland», qui fait le procès des gaz de schiste, car la technique de forage polluerait l’environnement en raison des produits chimiques injectés dans le sol pour fracturer les roches. Elle induirait aussi une pollution au méthane.

Dans une tribune libre publiée par le Huffington Post, Grover Norquist, le Monsieur «anti-impôts» de Washington, salue le travail de l’Irlandais Phelim McAleer qui détruit des mythes et met en évidence la malhonnêteté des opposants à l’hydrofracturation.

De leur côté, les opposants à la fracturation hydraulique ne relâchent pas leurs efforts. Parmi eux, l’épouse du défunt John Lennon, Yoko Ono et son fils qui ont réussi à attirer l’attention des médias récemment pour dénoncer les dégâts environnementaux que les gaz de schiste pourraient provoquer. Ils sont unis sous la bannière «Artists against Fracking». Yoko Ono et Sean Lennon ont une maison de campagne dans l’Etat de New York qui pourrait être concernée par l’hydrofracturation.