Au terme de fastidieuses négociations, le Hamas et le Fatah affirment avoir abouti à un accord sur la constitution d'un gouvernement d'union nationale comprenant une majorité de technocrates. Le premier ministre en titre, Ismaïl Haniyeh, s'effacera dans quelques jours pour laisser la place à un successeur dont le nom est pour le moment gardé secret.

Selon le porte-parole du gouvernement actuel, Ghazi Hamad, le premier ministre pressenti est «une personnalité indépendante» même s'il a été choisi par le Hamas. En tout cas, son identité ainsi que celle des autres futurs ministres ne seront pas révélées tant que le président de l'Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, n'aura pas validé ces nominations. Or, ce dernier s'est rendu lundi soir à Gaza-City pour y rencontrer Ismaïl Haniyeh. L'entourage des deux hommes semblait optimiste.

Dernier round

«S'il n'y a pas d'accord sur le nom du futur premier ministre, il n'y aura pas d'accord du tout», a précisé Ghazi Hamad peu avant le début de ce dernier round de négociations. Quant à l'ex-ministre Yasser Abed Rabo (Fatah), il a affirmé que Mahmoud Abbas «souhaite une personnalité vraiment indépendante qui ne serait pas affiliée au Hamas ou à ses satellites». Ce conseiller du président a cependant confirmé l'existence d'un accord de principe sur la formation d'un cabinet d'union nationale même si «seuls quelques détails doivent encore être réglés».

Il y a environ deux mois, le Hamas et le Fatah avaient déjà tenté de créer un gouvernement de technocrates, en vain. Parce que l'organisation islamiste exigeait que les portefeuilles les plus importants soient réservés à ses sympathisants et parce qu'elle refusait d'accepter explicitement le droit à l'existence d'Israël.

A en croire la presse palestinienne, les deux parties ont cette fois veillé à ce que la nouvelle plate-forme soit relativement vague au sujet de l'Etat hébreu.

Femme kamikaze

A Jérusalem, les responsables israéliens ne font aucun commentaire sur la réforme en cours. Les proches d'Ehoud Olmert se contentent d'affirmer qu'ils «jugeront le nouveau gouvernement sur pièces». En attendant, l'opération «Nuages d'automne» se poursuit dans la bande de Gaza où deux miliciens du Hamas ont été tués et plusieurs autres blessés. A Beit Hanoun (la ville actuellement réoccupée par Tsahal), une femme kamikaze s'est fait exploser au passage d'une jeep militaire dont un passager a été légèrement blessé.