Annalena Baerbock «reste» candidate à la chancellerie. Sur la défensive, Michael Kellner, le directeur exécutif du parti écologiste allemand, a été contraint de faire lundi cette mise au point. Il réagissait aux critiques sur le livre de campagne publié par la quadragénaire et, au passage, aux appels à la remplacer par le coprésident du parti, Robert Habeck, dans la course à la succession d’Angela Merkel.