La victoire du chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade, 80 ans, dès le premier tour de l'élection présidentielle du 25 février au Sénégal a été officiellement confirmée jeudi, avec une confortable majorité de plus de 55% des voix, qui lui ouvre la voie d'un second mandat.

Le candidat libéral, élu une première fois en 2000 lors d'une alternance historique mettant fin à quarante ans de pouvoir socialiste dans ce pays considéré comme une «vitrine» de la démocratie en Afrique, obtient 1910368 des 3419751 suffrages exprimés, soit un score de 55,86% qui lui permet d'éviter un second tour. Ces résultats doivent encore être validés par le Conseil constitutionnel.

Avec 14,93% des voix, l'ex-premier ministre Idrissa Seck, 47 ans, dauphin pressenti du chef de l'Etat avant de tomber en disgrâce et de passer à l'opposition, arrive deuxième, loin derrière son ancien mentor. Il devance Ousmane Tanor Dieng (13,57%), 60 ans, le candidat du Parti socialiste. Le taux de participation est de 70,52% des inscrits. Le PS avait contesté mardi les résultats.