Etats-Unis

Victoire du républicain, le «cocktail Molotov humain»: commentaire

Au cœur de la nuit électorale américaine, la perspective est soudain devenue possible: Donald Trump peut devenir le 45e président des Etats-Unis. Notre commentaire

Un choc. Un tremblement de terre. Une catastrophe. Au cœur de la nuit électorale américaine, la perspective est soudain devenue possible: Donald Trump peut devenir le 45e président des Etats-Unis. A New York, on est forcément interloqué. A l’image du Brexit, le vote britannique en faveur d’une sortie de l’Union européenne, l’électorat américain est sur le point de produire la plus grande secousse sur la scène politique mondiale depuis longtemps.

Comment est-ce possible? Le milliardaire new-yorkais a investi beaucoup moins d’argent que sa rivale démocrate. Il ne disposait pas, sur le terrain, de la machine politique sur laquelle peut s’appuyer Hillary Clinton. Il n’avait pas les innombrables volontaires qui allaient frapper aux portes pour inciter les électeurs à aller voter (get out the vote). Mais il semble avoir réussi à convaincre une majorité d’Américains d’aller exprimer tout le mal qu’ils pensent des élites politiques, médiatiques et économiques du pays.

Agrégation de colères diverses

Son arme de prédilection: Twitter. Avec un réseau social qui ne lui coûte rien, il est parvenu à agréger une multitude de colères diverses qui sourdent à travers le pays. Beaucoup se demandaient s’il allait être capable de transformer ses followers sur Twitter en réels électeurs. Au vu de la très forte mobilisation, notamment d’électeurs blancs sans diplôme universitaire, il paraît en mesure de transformer l’essai. Mais à voir comment il a apparemment remporté la Floride, il a sans doute glané beaucoup plus de votes des Latinos qu’on pouvait l’imaginer. Selon les sondages, Hillary Clinton devait remporter une très large majorité du vote hispanique. Or la démocrate n’a visiblement pas fait le plein auprès de la plus grande minorité du pays.

Lire aussi: Donald Trump, l’impunité de l’éphémère

Malgré ses outrages, malgré ses propos vulgaires et son attitude de prédateur envers les femmes, rien ne semble l’arrêter. Comme le formule le réalisateur Michael Moore, qui vient de réaliser un film, «TrumpLand», en faveur de Hillary Clinton, Donald Trump est un «cocktail Molotov humain», un doigt d’honneur à toutes les élites.

Pour les démocrates, la soirée équivaut à une Berezina. Il y a très peu de chances qu’ils conquièrent la majorité du Sénat. Et si Hillary Clinton devait échouer dans sa deuxième tentative, après 2008, de conquérir la Maison-Blanche, l’Amérique se réveillerait extrêmement divisée. Deux Amérique dont la vision et les priorités ne pourraient pas différer davantage. Cela n’augure rien de bon.

Publicité