migration

Qui étaient les Vietnamiens morts présumés du camion charnier de Londres?

Parmi les 39 personnes retrouvées dans un camion près de Londres mercredi dernier, plusieurs étaient originaires du Vietnam. L'agence de presse AFP a retrouvé des proches qui racontent leurs tragiques trajets

39 migrants allés tenter leur chance au Royaume-Uni ont été retrouvés morts la semaine dernière, entassés à l'arrière d'un camion frigorifique, près de Londres. Ces candidats malheureux à l'exil n'ont pas encore été officiellement identifiés dans l'attente des résultats des tests ADN.

Mais une partie des victimes pourrait être originaire des régions pauvres du centre du Vietnam. L'agence presse AFP a rencontré plusieurs familles inquiètes pour leurs proches partis en Europe et dont elles sont sans nouvelles depuis le drame. Voici une série de portraits de ces disparus.

Le 23 octobre 2019: Trente-neuf corps découverts dans un camion en Grande-Bretagne

■ Tiep, originaire de Dien Chau, dans la province de Nghe An

Tiep a arrêté l'école en troisième. Il ne voulait pas devenir pêcheur, alors il a annoncé à sa famille qu'il partirait à l'étranger.

Il a quitté le Vietnam il y a un an avec son cousin Nguyen Van Hung direction la France où il a trouvé du travail de plongeur dans un restaurant. Le 21 octobre dernier, il a écrit à ses parents en leur demandant 13 000 dollars pour passer en Angleterre. C'est la dernière fois qu'ils ont eu de ses nouvelles.

Il est parti avec 500 euros en poche et quelques vêtements de rechange. Sa famille pense qu'il était dans le camion charnier, avec son cousin lui aussi porté disparu.

■ Hung, originaire de Dien Chau, dans la province de Nghe An

Les yeux rivés sur le Royaume-Uni, Hung s'est procuré l'année dernière un faux passeport – au Vietnam, on dit aussi un passeport «nettoyé» – et a quitté son pays sans en parler à ses parents. Il a voyagé à travers la Russie et poursuivi son périple en France.

Il a appelé ses parents le 21 octobre dernier, pour leur demander de réunir une somme afin de passer en Angleterre. Il n'avait comme bagage que les vêtements qu'il portait sur lui.

Notre revue de presse du 25 juin 2019: Indignation après la découverte du «camion de l’horreur» près de Londres

■ My, originaire de Can Loc, dans la province de Ha Tinh

Dans un dernier SMS glaçant, envoyé à sa mère quelques heures avant la découverte des 39 corps dans le camion frigorifique, My a écrit: «Maman, papa, je vous aime très fort. Je meurs, je ne peux plus respirer.»

Elle avait quitté le Vietnam le 3 octobre, obligée de s'endetter pour payer son voyage. «Travaille dur pour rembourser maman», a-t-elle écrit dans un autre message, envoyé à son frère peu de temps avant la découverte du camion.

■ Ha, originaire de Yen Thanh, dans la province de Nghe Anh

Ha a laissé sa femme et ses deux enfants – son bébé est né trois mois après son départ – afin de se rendre en Europe où il espérait gagner assez d'argent pour entretenir sa jeune famille. Avant de quitter le Vietnam, il avait abandonné l'école de police et enchaîné plusieurs petits boulots, notamment dans la culture du riz.

«Je vais monter dans une voiture à destination de la Grande-Bretagne. Je vous rappellerai quand je serai là-bas», avait-il dit à son père le 21 octobre.

■ Nhung, originaire de Yen Thanh, dans la province de Nghe An

Nhung a quitté son domicile il y a deux mois. Très présente sur les réseaux sociaux, elle a alimenté sa page Facebook tout au long de son voyage à travers l'Europe, envoyant photos et selfies d'elle au restaurant ou un bubble tea à la main. Deux jours avant la découverte du camion le 23 octobre, son fil d'actualités s'est tu.

■ Thang, originaire de Hong Linh, dans la province de Ha Tinh

Thang avait tenté sa chance dans l'agriculture à Taïwan il y a quelques années. Ce père de trois enfants a eu sa famille une dernière fois au téléphone le 21 octobre. Un appel anodin pour dire qu'il sortait faire des courses.

«Mon mari est un homme bien. Il ne fume pas, il ne boit pas. Il a toujours pris grand soin de nous», a déclaré sa femme Nguyen Anh Hong à l'agence de presse.

■ Hung, originaire de Nghi Xuan, dans la province de Ha Tinh

Il serait la plus jeune victime. Hung a quitté son village pour rejoindre ses parents qui habitent en Angleterre. Sa sœur, qui vit en Corée du sud, pense qu'il était dans le camion frigorifique.

■ Tu, originaire de Yen Thanh, dans la province de Nghe An

Ancien militaire, Tu aurait rejoint la Grande-Bretagne pour retrouver son beau-père. Il résidait en Allemagne, d'après sa page Facebook.

■ Nam, originaire de Yen Thanh, dans la province de Nghe An

Nam travaillait depuis quelques mois en Roumanie lorsqu'il a décidé de rejoindre la Grande-Bretagne. Sa famille a perdu le contact avec lui quelques jours avant la découverte du camion.

Publicité