Alors que la deuxième semaine du procès Clearstream s’ouvre ce lundi après-midi à Paris, on apprenait que Dominique de Villepin, prévenu dans l’affaire des faux listings de la société du Lichtenstein Clearstream, assignait Nicolas Sarkozy pour «atteinte à la présomption d’innocence», ainsi qu’il l’avait annoncé au lendemain des propos très controversés du président, lui-même ancien avocat et partie civile au dossier.

Le chef de l’Etat bénéficiant d’une immunité, une telle assignation ne pourrait être examinée qu’à l’issue du mandat de M. Sarkozy.

M. Sarkozy a provoqué la fureur des avocats de M. de Villepin, principale personnalité poursuivie dans le procès Clearstream, en parlant mercredi soir de «coupables» à propos des prévenus de cette affaire. Tout prévenu à un procès est en effet présumé innocent tant qu’il n’a pas été définitivement condamné.

Les avocats de l’ancien Premier ministre avaient immédiatement annoncé leur intention d’assigner le chef de l’Etat. L’assignation pour «atteinte à la présomption d’innocence» a été déposée lundi, selon une source proche du dossier.