Les forces de sécurité du Bangladesh ont pris samedi le contrôle du restaurant de Dacca où des dizaines de personnes avaient été prises en otages vendredi soir. Les 20 otages tués par des hommes armés sont des étrangers, essentiellement des Italiens et des Japonais, a annoncé samedi un haut responsable de l'armée.

«L'opération est terminée. La situation est complètement sous contrôle», selon le porte-parole de l'armée, Rashidul Hasan. Six preneurs d'otages ont été tués dans l'opération tandis que 13 otages ont été secourus, a confirmé un haut responsable des forces anti-terroristes du Rapid Action Battalion, Tuhin Mohammad Masud, à une chaîne de télévision indienne.

Dans la soirée de vendredi, une dizaine d'individus armés ont attaqué le restaurant Holey Artisan Bakery de la capitale du Bangladesh, fréquenté par des diplomates et des expatriés. Les assaillants ont fait irruption dans l'établissement vers 21h20 locales (17h20 en Suisse) en criant «Allah Akbar», ouvrant le feu et faisant usage d'explosifs, d'après la police et des témoins. Le groupe Etat islamique a revendiqué la fusillade et la prise d'otages.

«Un acte odieux», pour la Première ministre

La Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, a déclaré samedi être déterminée à éradiquer le terrorisme après la fin de la prise d'otages dans un restaurant de Dacca où des islamistes extrémistes avaient retenu des dizaines de personnes.

«C'est un acte odieux. Quel genre de musulmans sont ces personnes? Ils ne sont d'aucune religion», a-t-elle dit. «Le peuple doit résister à ces terroristes. Mon gouvernement est déterminé à éradiquer le terrorisme et l'activisme du Bangladesh.»

Quant à Matteo Renzi, il a vivement condamné samedi cette attaque. Il assure que l'Italie a subi «une perte douloureuse», mais que ses valeurs restent les plus fortes. Dans une courte allocution retransmise à la télévision, le chef du gouvernement italien n'a pas confirmé le nombre de victimes italiennes. Il explique qu'il fallait d'abord prévenir les familles. Selon des sources du ministère des Affaires étrangères citées par les médias à Rome, il y avait 11 Italiens dans le restaurant au moment de l'attaque. Un seul d'entre eux a pu s'échapper.