Le candidat démocrate Joe Biden rencontrera jeudi la famille de Jacob Blake lors de sa visite à Kenosha, a indiqué mercredi un responsable de son équipe de campagne à l'Agence France Presse. Arrivé mardi après-midi dans cette ville, Donald Trump a assimilé les manifestations violentes à du «terrorisme intérieur». «Nous allons les aider», a promis le président devant un magasin brûlé, en s'adressant aux commerçants. Son convoi présidentiel a été hué par des manifestants du mouvement Black Lives Matter. (LT)

Où va l’Amérique? C’est à un dangereux match de catch entre Donald Trump et Joe Biden qu’assistent ces jours les Américains, sur fond de tensions raciales et de débat sur les armes à feu. Depuis le drame de Kenosha (Wisconsin), et alors que de récentes émeutes ont déjà fait trois morts, les deux candidats à la Maison-Blanche s’accusent mutuellement d’être responsables des violences qui gagnent plusieurs villes américaines en marge de manifestations antiracistes.

Donald Trump électrise sa base électorale en accusant son rival démocrate, «et la gauche radicale», de soutenir «émeutiers, anarchistes, agitateurs et pilleurs», et de pousser l’Amérique au «chaos». Joe Biden répond que le président «souffle sur les braises», «empoisonne les valeurs de l’Amérique», «ne peut pas arrêter la violence qu’il a fomentée pendant des années», et ne résume sa campagne qu’à un seul mot: la peur. A quelques semaines d’une élection très attendue, alors que les Etats-Unis sont heurtés de plein fouet par une crise sanitaire, économique et sociale, ils incarnent les deux camps d’une Amérique divisée. Deux camps qui paraissent toujours plus irréconciliables.