Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ont commencé à discuter jeudi à Berlin des moyens de stopper la vague de violence entre Palestiniens et Israéliens. Leurs entretiens doivent durer plusieurs heures.

Les deux dirigeants, qui s'étaient vus pour la dernière fois à New York fin septembre, se sont rencontrés peu avant 10h00 dans un grand hôtel de la capitale allemande, a indiqué un diplomate du département d'Etat.

Cette entrevue donne le coup d'envoi d'un ballet diplomatique tout au long de la journée à Berlin sur le conflit israélo-palestinien. Les deux hommes doivent avoir des entretiens séparément avec le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier. Ils doivent aussi rencontrer la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

M. Kerry, qui prévoit de rencontrer d'ici la fin de la semaine le président palestinien Mahmoud Abbas, "estime qu'il est important, étant donné les violences en cours, d'avoir ces discussions pour rechercher des moyens de mettre fin à ces violences et de rétablir le calme", a déclaré à Washington le porte-parole du département d'Etat, John Kirby.

Dans le même temps, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, doit rencontrer jeudi le roi de Jordanie Abdallah II, interlocuteur primordial du conflit. Le Conseil de sécurité des Nations unies doit pour sa part discuter jeudi des violences israélo-palestiniennes.

Nouvelle attaque près de Jérusalem

Sur le terrain, les violences ne cessent pas. Un Israélien a été blessé jeudi à coups de couteau à Bet Shemesh, à l'ouest de Jérusalem, par deux agresseurs, a indiqué la police.

Relire: À Jérusalem, «l’intifada des couteaux»

Les deux assaillants ont tenté de monter dans un bus transportant des enfants. Le chauffeur et d'autres adultes présents ont fait barrage. Ils ont alors agressé un passant juif âgé de 25 ans à coups de couteau, avant d'être atteints par des tirs de policiers, a dit la police. L'un des assaillants a été tué par la police, l'autre est dans un état critique.