La France a «sollicité deux avions Canadair dans le cadre de l’aide européenne» pour venir à bout de feux ayant détruit depuis lundi plus de 3000 hectares dans le Sud-Est, a annoncé mardi la Sécurité civile.

Si la réponse, qui doit être connue dans les prochaines heures, est favorable, les deux avions pourraient intervenir sur les incendies dès mardi soir, a déclaré à l’AFP le directeur général de la Sécurité civile, Jacques Witkowski.

Au total, 19 avions bombardiers d’eau, dont 10 Canadair, 7 Tracker et 2 Dash – gros porteur bombardier d’eau – et plus de 2000 soldats du feu interviennent dans le sud-est du pays et en Corse, pour venir à bout de ces incendies, d’origines inconnues.

Plus de 3000 hectares de forêts et de maquis sont partis lundi en fumée, 15 policiers et 4 pompiers ont été blessés.

La situation est notamment «compliquée» dans le département du Var, balayé par des vents violents pour la deuxième journée consécutive, et le feu restait mardi «extrêmement virulent et difficile à maîtriser», selon les autorités.

Attisés par des vents violents, les incendies ont pris en Corse, île de Méditerranée, et, sur le continent, dans le Luberon (Vaucluse), les Alpes-Maritimes et le Var, nécessitant des évacuations d’habitants.

Dans le Var, un feu de forêt près du port touristique de Saint-Tropez restait mardi «extrêmement virulent et difficile à maîtriser», selon le représentant de l’Etat (préfet) de la région de Provence-Alpes-Côte d’Azur Stéphane Bouillon.

Cet incendie, à Croix-Valmer, est «extrêmement complexe parce qu’il y a la forêt du conservatoire du littoral, peu de moyens d’y accéder et beaucoup de maisons dans le secteur», a-t-il détaillé. Pour les secours, le Var sera mardi «le département le plus compliqué», où les vents violents ne faibliront pas, selon les prévisions météorologiques.

En revanche, dans les Alpes-Maritimes, le feu – qui a parcouru 70 hectares – était «en passe de ne plus progresser» dans la nuit, selon la préfecture.

Selon un bilan encore provisoire des autorités, «1500 hectares ont brûlé en Haute-Corse», 800 autres dans le Vaucluse, 400 hectares à Croix-Valmer, 300 autres près de Saint-Maximin (Var) et 80 hectares à Carros (Alpes-Maritimes).

Quatre pompiers ont été blessés dans le Var, selon des médias locaux, et 15 policiers, dont 11 CRS, ont été légèrement intoxiqués par des fumées en participant à la lutte contre l’incendie en Corse, a-t-on appris de sources policières.

Le sud-est de la France est en proie à la sécheresse depuis plusieurs semaines et à un épisode de vent violent depuis lundi, augmentant les risques d’incendie.

A Saint-Cannat, dans la région de Marseille/Aix-en-Provence, 800 hectares sont partis en fumée mi-juillet, sans doute à cause d’un mégot lancé en bord de route. Dans les Alpes-Maritimes, plus de 450 pompiers avaient lutté environ 24 heures d’affilée pour maîtriser un feu à Castagniers, à proximité de Nice. Environ 120 hectares de résineux et un garage automobile avaient brûlé.