Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan lors de leur rencontre en marge du sommet du G20 à Antalya, le 16 novembre 2015.
© Alexander Zemlianichenko

Proche-Orient

Le virage diplomatique d’Erdogan

La Turquie a fait de grands pas vers Israël et la Russie, d’anciens alliés majeurs avec lesquels elle était brouillée. Rompant avec ses postures intransigeantes et ses rêves de grandeur, Ankara cherche à sortir de l’isolement sur la scène régionale

Etonnante diplomatie turque qui, en l’espace de quelques heures, renoue avec un vieil allié et tend la main à un second. Lundi, Ankara a officialisé sa réconciliation avec Israël, six ans après un assaut meurtrier sur un navire turc qui tentait de briser le blocus de Gaza. Le même jour, le président Recep Tayyip Erdogan a transmis à son homologue russe, Vladimir Poutine, ses «excuses» (un terme qu’Ankara dément, en jouant sur les mots de l’expression turque choisie, difficile à traduire) aux proches du pilote d’un avion abattu en novembre 2015 à la frontière turco-syrienne. Les deux présidents doivent s’appeler ce mercredi, une première depuis sept mois.

Aveu des erreurs passées

«C’est un virage à 180 degrés auquel la Turquie n’est pas habituée, constate Behlül Özkan, professeur de relations internationales à l’Université Marmara. N’est-ce pas le même gouvernement israélien que Tayyip Erdogan accusait de «terrorisme d’État»? N’est-ce pas le président turc qui, après la chute de l’avion russe, prévenait que «si la même violation [de l’espace aérien] se reproduit, nous riposterons de la même manière»?» Peu importe que la Turquie n’obtienne pas la levée du blocus de Gaza, ou que la Russie pro-Assad soutienne en Syrie celui dont Ankara œuvre à la chute depuis cinq ans. «La Turquie essaye de regagner ses anciens amis. C’est un changement profond de notre politique étrangère», estime Ünal Çeviköz. Cet ambassadeur en retraite y voit un effet de l’éviction d’Ahmet Davutoglu, ex-premier ministre, principal architecte de la diplomatie turque pendant la dernière décennie.

Dès sa prise de fonction en mai, le nouveau chef du gouvernement, Binali Yildirim, avait résumé en quatre mots ses intentions en la matière: «Moins d’ennemis, plus d’amis». «C’est un aveu des erreurs du passé, affirme le chercheur Ahmet Kasim Han de l’Université Kadir Has, qui souligne l’isolement croissant de la Turquie dans sa région. La politique étrangère turque prend une voie plus rationnelle. Elle a renoncé en grande partie à ses rêves de grandeur de l’époque Davutoglu.»

La Russie prendra son temps

Dans l’affaire russe, les intérêts économiques ont été décisifs. L’agriculture et le tourisme pâtissent sévèrement de la brouille avec Moscou. Mais rien n’est encore fait, observe Behlül Özkan: «La crise avec la Russie est liée à la guerre en Syrie, où les deux Etats soutiennent des camps opposés. Pour que les relations se rétablissent, il faudra un changement de la politique syrienne de la Turquie», soutient ce spécialiste. Son collègue Ahmet Kasim Han estime quant à lui que les Russes veilleront à ne pas accorder une «victoire» à Tayyip Erdogan: «La Russie va lentement, silencieusement, unilatéralement retirer ses sanctions».

Vu d’Ankara, s’agit-il pour autant d’un retour à la politique du «zéro problème avec nos voisins», celle d’une Turquie capable de proposer sa médiation dans les crises régionales? «Pour l’instant, il s’agit d’évaluer les dégâts et de réparer ce qui peut l’être», note Ahmet Kasim Han, qui songe également à l’Egypte d’Abdel Fattah al-Sissi, qu’Ankara n’a jamais reconnu depuis qu’il a destitué le président Mohamed Morsi, un Frère musulman, en juillet 2013. «A l’avenir, les bases d’une normalisation pourraient être préparées», a glissé lundi soir le premier ministre Binali Yildirim.

Lutte contre le PKK

Certains observateurs lient ces initiatives autant au contexte régional – dans un Moyen-Orient troublé, la Turquie a besoin d’alliés – qu’à la reprise, l’an dernier, d’une guerre sanglante avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). «Souvenons-nous que c’est dans les années 1990, au moment où la lutte contre le PKK était la plus forte, qu’une coopération militaire avait été établie avec Israël. Les forces de sécurité ont pu faire pression pour rétablir le partage de renseignements et les échanges technologiques avec Israël», avance Behlül Özkan. L’armée s’inquiète aussi de voir le PKK utiliser des armes inédites, de fabrication russe, pour attaquer ses tanks et ses hélicoptères.

Enfin, la Turquie renoue avec ses anciens alliés au moment où ses relations avec l’Union européenne traversent une période difficile. «Il ne faut pas s’attendre à ce qu’Erdogan adoucisse son ton à l’égard de l’UE comme il le fait avec la Russie ou Israël, deux Etats qui ne critiqueront pas son régime autoritaire, estime Behlül Özkan. Face à son opinion publique, Erdogan quitte les habits du leader qui défie Tel Aviv et Moscou pour enfiler ceux du leader qui défie Bruxelles et Washington.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a