«La prochaine fois que vous voyez mon mari, s’il vous plaît, dites-lui qu’hier notre bébé est né. Il pèse 3400 grammes et mesure 54 centimètres. Nous allons bien tous les deux et nous l’attendons.» Des messages comme celui de cette Ukrainienne à son mari militaire détenu, l’Agence centrale de recherches pour l’Ukraine (ACR) en reçoit chaque jour par dizaines. Alors que la guerre entre dans son neuvième mois avec son lot de victimes qui augmente chaque jour, une équipe du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’active à répondre aux familles de prisonniers de guerre ou de disparus civils qui tentent de retrouver leur trace. Devant l’ampleur de la tâche, un organe spécifique a été créé à Genève, au troisième étage d’un immeuble du quartier des organisations internationales. Une première depuis la Deuxième Guerre mondiale.