Elle l’a lâché subrepticement à la fin de son discours général ce lundi matin: «Comme mon mandat en tant que haut-commissaire aux droits de l’homme s’approche de la fin, cette 50e session du Conseil des droits de l’homme (CDH) est la dernière à laquelle je m’exprimerai.» Michelle Bachelet est une nouvelle preuve que le poste en question est très exposé et qu’il n’invite pas à briguer un second mandat. Seule la Sud-Africaine Navi Pillay fait exception, avec un mandat et demi mené de 2008 à 2014. Mais selon sa porte-parole, Michelle Bachelet aurait fait le choix de ne pas se représenter pour des «raisons personnelles». Dans un tweet publié aujourd'hui, elle l’a déclaré: «Il est temps de retourner au Chili et d’être avec ma famille.» A la sortie de la salle du CDH, elle a déclaré à la presse qu’elle avait informé il y a deux mois déjà le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres de sa décision de ne pas vouloir faire quatre ans de plus à la tête du Haut-Commissariat.