Le dirigeant conservateur Vojislav Kostunica a été chargé, vendredi, de former le nouveau gouvernement de Serbie. Sa coalition devrait être soutenue par les socialistes de Slobodan Milosevic (SPS), les législatives n'ayant pas abouti à une majorité nette il y a huit semaines. Le chef du Parti démocratique de Serbie (DSS, nationaliste modéré) a accepté l'offre du président du parlement et chef de l'Etat par intérim, Dragan Marsicanin.

Vojislav Kostunica, qui a contribué à évincer Milosevic du pouvoir en 2000, avait exprimé jeudi l'espoir de pouvoir former un gouvernement d'ici à la fin de la semaine prochaine, soit deux mois après les élections de décembre. Outre le DSS, la coalition devrait réunir les libéraux de G17 Plus et les petits partis Nouvelle Serbie et Mouvement du renouveau serbe (SPO, monarchiste). Avec 109 députés sur 250, ce regroupement est minoritaire mais le SPS, disposant de 22 sièges, a promis de l'appuyer s'il défend les droits des Serbes du Kosovo. S'il se confirme, ce ralliement sonnera le retour du SPS sur la scène politique, trois ans après la chute de Milosevic, qui dirige toujours le parti malgré sa captivité à La Haye. Cette perspective a suscité l'inquiétude du chef de la diplomatie de l'Union européenne, Javier Solana.