L’opposition russe a dénoncé lundi soir des fraudes massives aux législatives. A Moscou, le bastion des détracteurs du Kremlin, elle a affirmé que les résultats du vote en ligne avaient été falsifiés, permettant d’inverser la tendance défavorable à Russie Unie observée au moment du comptage des votes papiers. Pour protester contre ces résultats, une courte manifestation a rassemblé quelques centaines de personnes lundi soir dans la capitale. L’ONG spécialisée Golos a, de son côté, qualifié d'«évidence» la baisse du «niveau de transparence» du scrutin et même le dirigeant du Parti communiste, Guennadi Ziouganov, généralement mesuré, a appelé à faire cesser «cette sale cuisine» électorale.

La présidente de la Commission électorale a balayé ces accusations.

Le parti du pouvoir Russie unie conserve une majorité constitutionnelle au terme de trois journées de vote, sur un décompte de 80% des suffrages. Soit environ 315 sièges sur 450, contre 334 sièges dans l’Assemblée sortante. La majorité constitutionnelle est de deux tiers des sièges de la Chambre basse du parlement (douma d’Etat).