L'opposition vénézuélienne, qui tente depuis des mois de faire chuter Nicolas Maduro, a décidé mardi de suspendre le vote prévu contre le président socialiste, ainsi que la marche annoncée sur la présidence, afin de laisser une chance au fragile dialogue qui vient de débuter.

«Je célèbre, en tant que résultat de l'installation de la table des négociations, les sages décisions prises par l'opposition. Je les salue», a réagi le président socialiste à la télévision, après avoir occupé sa journée comme si de rien n'était, en inaugurant notamment «L'heure de la salsa», sa nouvelle émission radio quotidienne, de deux heures.

L'opposition s'engage dans la voie du dialogue

«On nous a demandé que l'événement (la manifestation, ndlr) programmé jeudi soit suspendu, et nous pensons qu'il est sensé d'accepter», a déclaré Henry Ramos Allup, le président de l'Assemblée nationale, désormais dominée par l'opposition de centre droit, en soulignant que cette demande émanait du Vatican.

Cette manifestation vers le palais présidentiel de Miraflores avait une portée hautement symbolique : le 11 avril 2002, une manifestation y avait viré au coup d'Etat et le président Chavez en avait été délogé pendant trois jours.

Lire aussi: Au Venezuela, l'opposition appelle à la grève générale

Après avoir échoué à organiser un référendum révocatoire contre le chef de l'Etat socialiste, héritier politique du défunt Hugo Chavez, les antichavistes semblent s'engager dans la voie du dialogue. Le gouvernement et une partie de l'opposition sont tombés d'accord dans la nuit de dimanche à lundi sur un calendrier de discussions, sous les auspices du Vatican et de l'Union des nations sud-américaines (Unasur).

Les antichavistes, qui ont souligné que la viabilité du dialogue dépendait des «gestes» du gouvernement, ont obtenu des gages lundi soir avec la libération de cinq opposants au président.

Les divisions internes de l'opposition

Les députés de la MUD, la Table de l'unité démocratique, vaste coalition du centre à la droite qui réunit les opposants à Nicolas Maduro, ont choisi mardi à l'unanimité de suspendre la procédure de défiance à l'encontre du chef de l'Etat, dépassant leurs divisions internes sur l'opportunité des négociations. 

«Nous espérons que cette suspension ne sera pas éternelle. Nous respectons et acceptons le choix de la majorité de nos camarades», a déclaré Freddy Guevara, un des représentants de l'aile dure de la MUD incarnée par Leopoldo Lopez, la figure de l'antichavisme emprisonnée, qui avait rejeté lui les discussions et misait davantage sur la rue.

Au cours de la séance à l'Assemblée nationale, le patron des députés de la MUD, Julio Borges, a souligné que l'objectif de l'opposition lors des négociations à venir était d'obtenir une élection présidentielle anticipée.

Lire aussi: Au Venezuela, le dialogue politique s’annonce difficile

Si ces pourparlers annoncé ont donc réussi à faire partiellement retomber la tension, ils ont aussi mis en lumière les divisions de l'opposition. Les parties sont désormais convenues de se retrouver le 11 novembre. Mais ces négociations restent fragiles, tant la méfiance est grande de part et d'autre.