■ Bachar el-Assad a voté Le chef de l’Etat a voté avec son épouse Asma dans le centre de Damas, a rapporté la télévision d’Etat, «dans le bureau de vote du quartier (résidentiel) de Malki».

La chaîne publique ainsi que la page Facebook de la campagne présidentielle de M. Assad ont montré des photos du couple présidentiel sortant de l’isoloir et s’apprêtant à déposer leurs bulletins dans les urnes, entourés notamment de sympathisantes. Bachar el-Assad, en costume bleu marine, y apparaît souriant au côté de son épouse, portant une jupe noire, une veste blanche cintrée et des talons aiguilles.

Les deux candidats inconnus qui lui servent de faire-valoir, Maher al-Hajjar et Hassan al-Nouri, ont voté plus tôt dans la matinée à l’hôtel Sheraton à Damas, a constaté l’AFP.

Campagne contre Facebook.

Rappelons qu’une ONG, The Syria Campaign, a lancé une pétition en ligne pour demander à Facebook de fermer le compte Sawa (« ensemble ») ouvert par les partisans de la campagne de Bachar Al-Assad. La page qui compte ce mardi près de 230 000 « j’aime » demande à Mark Zuckerberg de reverser aux fondations d’aide aux Syriens l’argent que le Damas a versé pour acheter des espaces publicitaires sur Facebook, afin de faire «remonter» sa page dans les recherches.

■ Un choix entre Bachar et Bachar (Laurent Fabius)

Le chef de la diplomatie française était l’invité ce matin de la chaîne de télévision France 2.. «C’est une farce tragique. Les Syriens - et encore les Syriens uniquement dans les zones gouvernées par le régime - ont le choix entre Bachar et Bachar. (...) C’est n’importe quoi. La réalité, c’est qu’on connaît déjà les résultats avant que ce soit commencé», a accusé Lauent Fabius. «Ce monsieur qui est qualifié de +criminel contre l’humanité+ par le secrétaire général des Nations unies, ne peut être l’avenir de son peuple», a poursuivi le ministre français qualifiant le président syrien Bachar al-Assad de «personnage méprisable».

7h00. Twitt de l’ambassade américaine:

Les bureaux de vote ont ouvert à 6h00, heure suisse. Pour rappel, le chef de l’opposition en exil, Ahmad Jarba, a appelé les Syriens à «rester chez eux», rebelles et militants dénoncent une «élection du sang» et les Etats-Unis une «imposture», alors que le conflit a fait selon une ONG plus de 162.000 morts. Une heure plus tard l’ambassade américaine twitte: