Multilatéralisme

Washington claque la porte de l’Unesco

La décision de l’administration de Donald Trump de quitter l’organisation internationale n’est pas une vraie surprise. Mais elle inquiète tant elle pourrait en annoncer d’autres, dont celle de se retirer du Conseil des droits de l’homme à Genève

L’administration de Donald Trump a le sens de la dramaturgie. Elle a annoncé jeudi que les Etats-Unis se retiraient de l’Unesco, gardienne du patrimoine mondial de l’humanité. Un retrait qui ne sera effectif que le 31 décembre 2018. Le moment choisi est pour le moins délicat. L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture élit cette semaine son futur directeur général.

La décision américaine illustre le franc scepticisme de la Maison-Blanche envers l’ONU et l’alignement de Washington sur les positions du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou. Le communiqué du Département d’Etat est explicite: il dénonce l’attitude constamment anti-israélienne de l’organisation installée à Paris. Dans la soirée, le premier ministre israélien a qualifié de «courageuse et morale» la décision américaine, lui qui décrit l’Unesco comme un «théâtre de l’absurde» qui, au lieu de «préserver l’histoire, la falsifie». Il a appelé le Ministère des affaires étrangères à préparer le retrait israélien de l’organisation.

Lire aussi: Après les Etats-Unis, Israël annonce se retirer de l’Unesco

De son côté, la France, Etat hôte de l’organisation, a déploré le choix américain, relevant que l’Unesco mène une action essentielle «dans les secteurs prioritaires de l’éducation, de la prévention de la radicalisation et de la protection du patrimoine en péril. Son action concourt à la réalisation de l’objectif de paix commun aux Nations unies».

Le Conseil des droits de l’homme critiqué

«C’est une perte pour la famille des Nations unies. C’est une perte pour le multilatéralisme», a déploré la directrice sortante de l’Unesco, la Bulgare Irina Bokova. Si le retrait américain n’est pas une vraie surprise, tant Donald Trump et son ambassadrice auprès de l’ONU Nikki Haley ont une vision radicale de la manière dont l’ONU devrait fonctionner, il ne manque pas d’inquiéter. Il pourrait en effet annoncer d’autres décisions douloureuses. En marge de l’Assemblée générale des Nations unies en septembre à New York, les Etats-Unis ont organisé, avec le Royaume-Uni et les Pays-Bas, un événement exhortant à de profondes réformes du Conseil des droits de l’homme (CDH) créé en 2006 et basé à Genève. Venue dans la Cité de Calvin en juin, Nikki Haley avait fustigé le CDH et notamment la «clause scandaleuse» de son ordre du jour, le point 7, consacré exclusivement à Israël. Washington appelle à n’élire que les nations vertueuses… Après l’Unesco, l’institution genevoise pourrait être la prochaine victime de la Maison-Blanche.

Une première sortie lors du mandat de Ronald Reagan

L’administration Trump n’est pas la première à avoir maille à partir avec l’Unesco. En 1984, le président républicain Ronald Reagan avait décidé de claquer la porte de l’enceinte onusienne jugée trop pro-soviétique. Les Etats-Unis l’avaient réintégrée sous George W. Bush en 2002. Mais en 2011, après que la Palestine eut été acceptée comme membre, l’administration du démocrate Barack Obama s’était vue contrainte de réduire de 22% la contribution des Etats-Unis à l’agence onusienne. Une loi adoptée par le Congrès en 1994 interdit à l’Amérique de financer toute organisation accordant le statut de membres aux Palestiniens.

Deux événements récents ont précipité les choses. En 2015, l’Unesco a adopté une résolution qui condamnait Israël pour mal entretenir les sites classés de Jérusalem et qui qualifiait le «dôme du Rocher», appelé «mont du Temple» par les Israéliens, comme un lieu saint exclusivement musulman. Cette année, l’organisation a inscrit au patrimoine mondial de l’humanité Hébron, en Cisjordanie occupée. Une décision «délirante» selon Netanyahou. Dans cette ville où les tensions sont permanentes vivent 200 000 Palestiniens et quelques centaines de colons israéliens.

Lire aussi: L’Unesco inscrit Hébron sur sa liste du patrimoine mondial au grand dam d’Israël

Candidature controversée

Le départ des Etats-Unis va porter un coup supplémentaire à l’Unesco, déjà en difficultés financières. Washington verse un cinquième du financement de l’organisation, soit 80 millions de dollars par an. Pour Donald Trump, qui a toujours vu son prédécesseur Barack Obama comme l’un des présidents les plus anti-israéliens dans l’histoire des Etats-Unis en raison de la prise de distance de l’administration démocrate avec le gouvernement Netanyahou, s’aligner pleinement sur Israël ne peut qu’être bénéfique au niveau de sa base électorale.

Lire également: Avec Jérusalem, l’Unesco «révise-t-elle l’histoire» ou «Israël fait-il son Calimero»?

Pour couronner le tout, la candidature, au poste de directeur général de l’Unesco, du controversé Qatari Hamad bin Abdoulaziz al-Kawari, accusé d’antisémitisme par le Centre Simon Wiesenthal Europe, n’arrange rien. Paris a bien saisi l’enjeu, montant au front pour défendre Audrey Azoulay, ex-ministre de la Culture dont la candidature revêt, pour la France, «une signification nouvelle» au vu des circonstances.

Publicité