Augmentant encore la pression sur le président vénézuélien Nicolas Maduro dont ils souhaitent l'éviction, les Etats-Unis ont annoncé jeudi l'inculpation du dirigeant socialiste, et de plusieurs de ses proches, pour «narco-terrorisme». Washington offre même une prime pouvant atteindre 15 millions de dollars (13,55 millions d'euros) pour toute information qui permettrait de l'arrêter.

«Nous voulons qu'il soit capturé afin qu'il réponde de ses actes devant un tribunal américain», a déclaré le ministre de la Justice Bill Barr lors d'une conférence de presse organisée en vidéoconférence en raison du nouveau coronavirus.

Bill Barr a refusé de préciser si les Etats-Unis envisageaient une intervention au Venezuela pour l'interpeller ou d'émettre une demande d'extradition contre le président et ses co-accusés. «Il y a plusieurs options, mais mon espoir est que le peuple vénézuélien soit bientôt dans une position qui lui permettra de nous les remettre», a-t-il dit.

Trump est «un cow-boy raciste et suprémaciste»

«Le gouvernement de Donald Trump, dans une action outrageusement extrême, vulgaire et misérable, a lancé une série de fausses accusations fallacieuses. Je le dis comme ça: tu es misérable, Donald Trump! Il ne se comporte pas seulement comme un cow-boy, raciste et suprémaciste, il gère les relations internationales comme un extorsionniste», a réagi le dirigeant vénézuélien à la télévision nationale.

Outre le président socialiste, le numéro deux du parti présidentiel (PSUV), Diosdado Cabello, et plusieurs haut gradés sont soupçonnés par Washington d'avoir formé vers 1999 «le cartel de los Soles» (le cartel des soleils) en référence aux insignes placés sur les uniformes d'officiers au Venezuela. Ils sont accusés de s'être associé «à une organisation terroriste extrêmement violente, les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), dans un effort pour inonder les Etats-Unis de cocaïne», a précisé Bill Barr.

Lire aussi:  «Au Venezuela, l’instinct de survie a remplacé le choix politique»

La guérilla a signé un accord de paix en 2016, mais «des dissidents continuent le trafic de drogue et la lutte armée», a souligné le ministre. Selon lui, «ils ont obtenu le soutien du régime de Maduro qui les autorise à utiliser le Venezuela comme base-arrière». Deux dirigeants des FARC sont visés par l'acte d'accusation adopté par un tribunal new-yorkais. Les accusés sont passibles de la détention à perpétuité. 

«Maduro a délibérément utilisé la cocaïne comme une arme» pour dévaster des populations aux Etats-Unis, a assuré le procureur fédéral Geoffrey Berman en charge du dossier. Selon l'acte d'inculpation, il s'est enrichi au passage, acceptant notamment 5 millions de dollars (4,5 millions d'euros) des FARC en 2006 après les avoir aidés à blanchir de l'argent.

«Maduro égal crime organisé»

Les Etats-Unis ne reconnaissent pas Nicolas Maduro comme président du Venezuela. A la tête de ce pays d'Amérique du Sud depuis 2013, Nicolas Maduro a été réélu pour un second mandat en 2018 à l'issue d'un scrutin boycotté par l'opposition qui en a rejeté les résultats, comme une grande partie de la communauté internationale. Les Etats-Unis, ainsi qu'une soixantaine de pays, soutiennent le chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido, qu'ils ont reconnu président par intérim.

Lire aussi:  Juan Guaido plus affaibli que jamais

Julio Borges, nommé «commissaire aux relations extérieures» par Juan Guaido, a d'ailleurs salué les inculpations annoncées jeudi. «L'équation est simple: Maduro égal narcotrafic, Maduro égal crime organisé», a-t-il déclaré.

Washington tente d'asphyxier le gouvernement de Nicolas Maduro avec une série de sanctions économiques. L'objectif affiché de Donald Trump est de contribuer à l'éviction du successeur d'Hugo Chavez, grand pourfendeur de «l'impérialisme nord-américain». Mais ce dernier conserve le soutien de la Chine, de la Russie et de Cuba, et les soutiens à Juan Guaido commencent à s'essouffler dans le pays.