Peu après avoir signé un nouveau traité de réduction des arsenaux nucléaires russe et américain avec son homologue, Barack Obama a déclaré que son pays et la Russie souhaitaient que l’Iran subisse les «conséquences» de son attitude sur le dossier nucléaire. «Les Etats-Unis et la Russie font partie d’une coalition de pays qui insistent pour que la République islamique d’Iran subisse des conséquences car elle n’a eu de cesse de faillir à ses obligations», a déclaré le président américain. «Nous travaillons ensemble au Conseil de sécurité de l’ONU pour adopter des sanctions sévères à l’encontre de l’Iran», a-t-il affirmé.

Dmitri Medvedev a, de son côté, déclaré qu’il ne «pouvait exclure» des sanctions. «Ces sanctions doivent être en mesure de susciter le comportement adéquat», a-t-il déclaré. «Téhéran ne réagit pas à toute une série de propositions constructives de compromis. Nous ne pouvons fermer les yeux là-dessus», a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse commune avec Barack Obama avant de poursuivre: «Je ne peux exclure que le Conseil de sécurité de l’ONU se penche sur la question.»

Le groupe des Six (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne) est chargé du dossier du programme nucléaire controversé de l’Iran, accusé par les Occidentaux de vouloir se doter de la bombe atomique sous couvert d’activités civiles, ce que dément Téhéran. Ils doivent se réunir jeudi à New York sur la question de nouvelles sanctions.