Productive, constructive, respectueuse, honnête. Ces mots, choisis par Antony Blinken pour qualifier sa rencontre mercredi avec Sergueï Lavrov, semblaient avoir disparu du vocabulaire des diplomates américains et russes. Face à son homologue, le ministre russe a lui aussi fait assaut de courtoisie: «Nos approches sont très différentes en ce qui concerne l’analyse de la situation sur la scène internationale», mais «le plus important est que l’on essaie d’utiliser au maximum les possibilités diplomatiques, et j’apprécie beaucoup que vous fassiez preuve d’une telle volonté. Vous pouvez toujours compter sur notre réciprocité là-dessus.»