Syrie

Washington offre un nouveau «partenariat» à la Russie

Les Etats-Unis accepteraient de s’associer aux bombardements russes contre les islamistes du Front Al-Nusra

C’est ce que cherchait Moscou depuis des mois! Les Etats-Unis auraient accepté d’offrir à la Russie une nouvelle forme de partenariat en Syrie, qui passerait par un renforcement de leur coopération militaire. Selon le Washington Post, qui a révélé l’existence de cette «proposition» américaine, aussi bien le président Barack Obama que le secrétaire d’État John Kerry auraient donné leur aval à cette formule. A Genève – qui sert de cadre en partie à la collaboration entre les deux «coprésidents» du groupe international de soutien à la Syrie – des sources diplomatiques expliquent au Temps qu’un nouveau «rapprochement» est bien en cours, même si elles refusent de confirmer l’existence de l’accord en tant que tel.

Une collaboration «renforcée»? Après des semaines de discussions internes, l’administration Obama se serait résolue à offrir une sorte de marché à la Russie de Vladimir Poutine: les Etats-Unis promettent ainsi de partager les cibles avec Moscou, et de coordonner et d’étendre la campagne de bombardement contre Jabhat al-Nusra, la filiale d’Al-Qaïda en Syrie, qui se bat principalement contre le régime du président syrien Bachar el-Assad.

En contrepartie

De l’autre côté du «deal», croit savoir le Washington Post, les Etats-Unis réclameraient à la Russie qu’elle fasse pression sur son allié de Damas afin que l’armée syrienne s’abstienne de prendre pour cible des groupes rebelles considérés comme légitimes par Washington. Pour rappel, un cessez-le-feu instauré fin février, et aujourd’hui en situation de mort clinique, concernait l’ensemble des groupes rebelles opposés au régime syrien, à l’exception de l’organisation de l’État islamique (EI) et de Jabhat al-Nusra, qui continuent de faire l’objet de bombardements. Et ce, même si la Russie n’a cessé de chercher à exclure de cette trêve d’autres factions présentes sur le terrain, que Moscou qualifie également de «groupes terroristes».

Cet accord, s’il entrait dans les faits, serait un nouveau coup de tonnerre dans le ciel syrien. Depuis qu’elle a décidé d’intervenir militairement en Syrie, à la fin de l’année dernière, la Russie a, de facto, pris le commandement des opérations à tous les niveaux. Frappant le plus souvent très loin du territoire contrôlé par l’EI (à l’exception de Palmyre), l’aviation russe a permis au régime syrien de reprendre le contrôle d’une bonne partie de la Syrie «utile», soit en gros l’Ouest du pays. En permettant les avancées de l’armée fidèle à Assad, les Russes n’ont pas seulement assuré la pérennité d’un pouvoir fortement compromise à l’époque. Ils dictent aussi, désormais, les termes de tout accord diplomatique éventuel dans les discussions, aujourd’hui en panne, qui se tiennent à Genève.

Partage des rôles

A ce jeu-là, les Américains ont accepté une sorte de partage tacite des rôles, eux qui se concentrent depuis lors sur l’Est du pays en bombardant l’État islamique. Washington, jusqu’ici, avait refusé de paraître trop étroitement associé au plan dessiné par Moscou. Mais aujourd’hui, en semblant accepter de «co-parrainer» les bombardements russes menés contre les islamistes de Jabhat al-Nusra, Washington rend plus floue la responsabilité de ces attaques qui, selon le décompte de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, auraient coûté la vie à près de 2500 civils syriens en huit mois.

«Les bras m’en tombent, s’exclame Thomas Pierret, maître de conférences à l’université d’Edinburgh et spécialiste de la Syrie. Tout se passe comme si l’administration Obama essayait aujourd’hui d’obtenir des résultats à court terme avant les prochaines élections américaines.» L’analyste le rappelle: «A l’inverse de l’État islamique, Jabhat al-Nusra ne contrôle aucun territoire seul, même à proximité de la ville d’Idlib où il est le mieux implanté.» A ses yeux, vouloir délimiter des zones qui puissent être bombardées «librement» est une «grossière illusion».

La pression des Russes

Récemment, l’aviation russe avait pris pour cible la Nouvelle armée syrienne, un groupe financé et équipé de pied en cap par les Américains et les Jordaniens. Raison invoquée par Moscou: le manque d’échange d’informations avec Washington, qui aurait conduit à cette «erreur». Une version pourtant contestée par les Américains qui y avaient vu une attaque délibérée contre leurs poulains. «La démarche américaine me paraît d’autant plus incompréhensible qu’ils n’ont aucune garantie sur le comportement de la Russie», insiste Thomas Pierret.

La «proposition» américaine s’est donc négociée à Washington. Mais à Genève, elle ne surprend qu’à moitié dans les cercles proches de la question syrienne. «Avec la multiplication des attentats un peu partout (dont Istanbul cette semaine, et Orlando auparavant), l’administration Obama doit réagir. Quitte pour cela à se montrer un peu… contradictoire en Syrie», note un diplomate.

Des contradictions dont les Américains n’ont pas le monopole, à en croire Bachar el-Assad. Lors d’une interview diffusée jeudi par une chaîne de télévision australienne, il déclarait: «Les Occidentaux font semblant de nous critiquer, mais ils n’arrêtent pas d’envoyer des responsables pour négocier avec nous sous la table.»

Publicité