Le président américain Joe Biden a assuré de son soutien son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, lors d'un appel téléphonique dimanche. «Le président Biden a dit clairement que les Etats-Unis et ses alliés répondront énergiquement si la Russie envahit davantage l'Ukraine», a indiqué dans un communiqué la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki.

Joe Biden a également souligné l'engagement de Washington «au principe de 'rien à propos de vous sans vous'», faisant apparemment référence à la nécessité d'inclure l'Ukraine dans les négociations sur son propre avenir.

A lire: Joe Biden redouble de menaces contre Vladimir Poutine en cas d'invasion de l'Ukraine

«Nous apprécions l'indéfectible soutien à l'Ukraine (de la part des USA)», a réagi Volodymyr Zelensky sur Twitter. «Nous avons évoqué les actions conjointes de l'Ukraine, des Etats-Unis et de ses partenaires pour maintenir la paix en Europe et éviter une aggravation de la situation.»

Seconde conversation téléphonique en trois semaines

Les 9 et 10 janvier, Russie et Etats-Unis auront des pourparlers sur l'Ukraine à Genève. Menés par la vice-secrétaire d'Etat américaine Wendy Sherman et son homologue russe Sergueï Riabkov, ils seront suivis le 12 janvier d'une rencontre Russie-Otan, puis le 13 janvier d'une réunion dans le cadre de l'OSCE.

Lire aussi l'édito: L’avenir des Ukrainiens se dessinera aussi à Genève

Vendredi dernier, Joe Biden avait déjà assuré avoir de nouveau mis en garde le président russe contre une tentative d'invasion de l'Ukraine lors d'un entretien téléphonique la veille: «J'ai dit clairement au président Poutine que nous adopterions des sanctions sévères et que nous augmenterions notre présence en Europe, chez nos alliés de l'Otan.» «Nous avons été clairs: il ne peut pas, je répète, il ne peut pas envahir l'Ukraine», a insisté Joe Biden.

Il s'agissait de la seconde conversation téléphonique entre les deux chefs d'Etat en trois semaines, en raison des tensions autour de l'Ukraine pro-occidentale, avec la mobilisation de troupes russes à la frontière orientale de l'Ukraine.

Ce dimanche, le dirigeant américain a par ailleurs «exprimé son soutien aux mesures de confiance pour désamorcer les tensions dans le Donbass et à une diplomatie active pour faire avancer la mise en oeuvre des accords de Minsk», selon Jen Psaki. Selon ces accords, conclus sous l'égide de la France et l'Allemagne, l'Ukraine a accepté de mener des réformes politiques et la Russie de mettre fin à son soutien aux rebelles séparatistes pro-russes.

Tensions à la frontière

Washington et ses alliés européens accusent Moscou de menacer l'Ukraine d'une nouvelle invasion, après celle de la Crimée en 2014, et d'avoir fomenté une guerre séparatiste pro-russe qui a éclaté la même année dans l'est. Quelque 100 000 soldats russes sont massés près de la frontière du pays.

Pour Moscou, la sécurité de la Russie passe par l'interdiction de tout élargissement de l'Otan, perçue comme une menace existentielle, et la fin des activités militaires occidentales à proximité des frontières russes, zone qu'elle considère comme relevant de son aire d'influence. Selon le Kremlin, Vladimir Poutine s'était dit «satisfait» de l'échange de jeudi, d'une cinquantaine de minutes, tout en affirmant que de nouvelles sanctions contre Moscou constitueront «une erreur colossale».