Dans un communiqué diffusé quelques minutes avant que Le Monde et le New York Times ne mettent en ligne des articles révélant le contenu de documents diplomatiques américains communiqués par le site WikiLeaks, le Pentagone a condamné «la révélation imprudente d’informations classifiées obtenues illégalement».

A la suite de précédentes révélations de documents par WikiLeaks sur l’Afghanistan et l’Irak au cours de l’année, le secrétaire à la Défense Robert Gates a demandé le 12 août qu’un audit soit mené pour déterminer comment ces fuites avaient pu se produire, affirme un porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman, dans ce communiqué.

Un certain nombre de recommandations préconisées dans cet audit est actuellement mis en oeuvre afin que de telles fuites ne se renouvellent pas, ajoute-t-il.