Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La région autonome du Xinjiang est sous très haute surveillance policière et militaire depuis des années. Kashgar, novembre 2017.
© Ng Han Guan/AP Photo ©

Asie

Xinjiang: Pékin dément des arrestations en masse

La Chine répond aux questions d’un comité de l’ONU sur la discrimination raciale

«Il n’y a ni détention arbitraire, ni torture, ni camps de rééducation» au Xinjiang, a expliqué, lundi à Genève, un représentant du gouvernement chinois devant un comité des droits de l’homme de l’ONU. «Parler d’un million d'Ouïgours qui seraient détenus est totalement faux», a poursuivi Hu Lianhe, vice-directeur du Front uni, une organisation du Parti communiste chargée de la politique des minorités en Chine et de maintenir un lien avec les Chinois hors du pays, dont les compétences se sont renforcées ces dernières années.

Lire aussi: La Chine incarcère les Ouïgours en masse

Pékin répondait ainsi aux questions de plusieurs membres du Comité pour l’élimination de la discrimination raciale qui s’étaient fait le relais, vendredi, de nombreuses voix de la société civile évoquant des centaines de milliers d’arrestations dans cette région autonome chinoise peuplée en majorité d'Ouïgours, une ethnie traditionnellement de confession musulmane. Forte de près de 50 membres, la délégation chinoise a rappelé que le Xinjiang, une région frontière, avait ses lois propres pour lutter contre «le poison inoculé par les trois forces que sont le séparatisme, l’extrémisme et le terrorisme». Les personnes emprisonnées pour ces crimes ont droit à «une formation et une aide pour leur réinsertion». Des exilés ouïgours parlent de cours idéologique, de mise à l’isolement et de torture.

Manipulation politique?

Alors que la Chine est accusée par les ONG d’exercer de plus en plus de pression sur le système onusien et dans le domaine des droits de l’homme en particulier, cette procédure régulière avait valeur de test. Le représentant de la Chine auprès des organisations basées à Genève, l’ambassadeur Yu Jianhua, a expliqué que son pays «affiche une attitude ouverte et responsable envers ce type de dialogue qui ne doit pas être remis en question», précision importante alors que les Etats-Unis viennent de claquer la porte du Conseil des droits de l’homme.

Lire également: La Chine s’est dotée d’un nouveau système de détentions secrètes

L’ambassadeur chinois s’est toutefois interrogé «sur certains membres du Comité» qui citent des sources «issues d’organisations niant l’intégrité territoriale de la Chine» et les a mis en garde contre une manipulation politique. Le président du Comité, Amir Noureddine, a rappelé que cet organe n’est pas un tribunal et que sa compétence est purement juridique et non politique. «C’est la première fois que j’entends une critique aussi forte envers notre travail», explique au Temps le rapporteur du Comité Nicolas Marugan, qui souligne par ailleurs la qualité du dialogue.

Une grande déception

Le rapporteur chargé du travail de suivi du Comité Gun Kut s’est montré plus circonspect dans ses conclusions: «Mon sentiment général est une grande déception, toutes les réponses apportées étaient sur le mode défensif, ce qui empêche un dialogue fructueux». Un constat partagé par Phyllis Cheung, directrice de l’ONG Hong Kong Unison, qui a fait le déplacement depuis l’ancienne colonie britannique.

«Vous dites que je me suis trompée sur le chiffre d’un million de détenus au Xinjiang, a pour sa part rétorqué l’experte Gay McDougall. Mais alors combien sont-ils? Où sont-ils? Au nom de quelle loi sont-ils enfermés?» Comme geste de bonne volonté, elle demande à Pékin des nouvelles du professeur de droit Ilham Thoti, détenu depuis 2009.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a