Revue de presse historique

Il y a 80 ans, Dantzig, l’obsession d’Hitler juste avant la Deuxième Guerre

Ville libre depuis 1920, la future Gdansk deviendra le symbole de la volonté de vengeance de l’Allemagne après l’humiliation du Traité de Versailles

Chaque lundi de l'été, «Le Temps» explore les archives du «Journal de Genève» et de la «Gazette de Lausanne» de juillet et août 1939, pour évoquer les semaines qui ont immédiatement précédé le début de la Seconde Guerre mondiale, il y a exactement huit décennies.

En 1919, le Traité de Versailles avait retiré à l’Allemagne la ville portuaire stratégique de Dantzig, sur la Baltique, bien que 95% de ses habitants fussent Allemands, pour en faire une cité-Etat. Son territoire, enclavé dans celui de la Pologne, fut alors placé sous la protection de la Société des Nations en 1920, selon les exigences du président américain Woodrow Wilson.

La décision de créer ce «couloir» indépendant horripile Berlin depuis deux décennies. Mais l’accession au pouvoir d’Hitler s’accompagne d’une progression du parti nazi à Dantzig, où le contrôle international l’empêche d’abord d’anéantir les partis d’opposition. Après les élections de 1935, le nouveau président du Sénat, Arthur Greiser, oriente cependant la politique de Dantzig vers un rattachement au IIIe Reich.