Sera-t-il réélu dans un fauteuil? L’actuel secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, ne semble en tout cas pas avoir peur de rencontrer trop d’adversité dans sa campagne en vue de sa réélection à un poste qu’on décrit souvent comme le «plus difficile du monde». Le 11 janvier dernier, il a annoncé sa candidature pour un second mandat de cinq ans à la tête de l’ONU. En apparence, dit-on, il aurait le soutien des cinq membres permanents du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU. De fait, la campagne est lancée et les candidatures doivent être déposées d’ici au moins de juin.