Pour lui, le 4 novembre n’évoque pas de bons souvenirs. Il y a 43 ans, il comptait parmi les 52 Américains pris en otage à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran par des étudiants favorables à la Révolution islamique. Avec le recul, John Limbert, 79 ans, parle avec réticence de cet épisode traumatisant qui dura 444 jours. Des quatorze mois en captivité, il en passa neuf en isolement cellulaire dans différents lieux, dont Evin, prison tristement célèbre où sont détenus nombre d’opposants au régime iranien ainsi que des ressortissants étrangers.