Ce sommet bilatéral devait être de ces occasions photogéniques qui ont si régulièrement jalonné l’histoire du couple franco-allemand ces dernières décennies. Un Conseil des ministres commun, le premier d’Olaf Scholz, qui aurait partagé la tête d’affiche avec Emmanuel Macron au château de Fontainebleau, en pleine guerre aux frontières de l’Europe. Prévue pour ce mercredi 26 octobre, la noce a finalement dû être repoussée à l’année prochaine. Les rumeurs couraient, le gouvernement allemand a officialisé la chose une semaine plut tôt. La somme des divergences était trop grande alors qu’une déclaration conjointe sur la coopération entre les deux pays devait être signée à cette occasion. «Une décision sans précédent depuis l’institution de ces rendez-vous annuels en 2003» par Jacques Chirac, selon Le Figaro.