La directrice du bureau africain de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Dr Matshidiso Moeti, croit qu’il est encore possible de contenir le coronavirus, malgré sa propagation sur un continent aux systèmes de santé bien plus vulnérables que ceux d’Asie et d’Europe.

Presque tous les pays africains sont désormais touchés par la pandémie. «Mais, dans la moitié d’entre eux, les cas déclarés sont importés. Il n’y a pas encore de transmission locale mais la fenêtre d’opportunité se réduit», expliquait ce jeudi cette médecin du Botswana, lors d’une vidéoconférence de presse facilitée depuis Genève par le Forum économique mondial (WEF).

Lire aussi: «Coronavirus: la fin de l’exception africaine»

Mais ces pays, pour lesquels il est encore temps d’enrayer la pandémie, ne doivent pas seulement fermer leurs frontières et suspendre les vols en provenance d’Europe, d’où ont été importés la plupart des cas de Covid-19 déclarés en Afrique. Il faut absolument tracer tous les contacts des personnes infectées et augmenter les capacités de test, mais aussi préparer le personnel soignant à une multiplication des cas, implore l’OMS.

Plus de laboratoires mais pas assez de tests

Alors qu’il n’y avait que deux laboratoires en Afrique (au Sénégal et en Afrique du Sud) capables de dépister le coronavirus au début de la pandémie, il en existe désormais une quarantaine. Et les pays démunis ont la possibilité d’envoyer leurs échantillons dans l’un de ces laboratoires. Mais l’OMS reconnaît que l’Afrique n’a pas suffisamment de tests pour généraliser le dépistage, comme le recommande l’organisation internationale.

Néanmoins, le bureau africain de l’OMS, basé au Congo-Brazzaville, ne croit pas que les cas en Afrique sont drastiquement sous-estimés. «Nous avions déjà un réseau d’alerte pour la grippe et les pays africains ont augmenté leurs capacités de détection depuis l’épidémie d’Ebola [qui avait touché l’Afrique de l’Ouest en 2014, ndlr]», assure la Dr Matshidiso Moeti.

L’Afrique du Sud confinée

Selon le dernier pointage de l’OMS, les pays africains les plus touchés sont l’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Algérie, le Maroc, le Burkina Faso et le Sénégal. L’Afrique du Sud va d’ailleurs confiner à partir de ce vendredi toute sa population chez elle, et ce pour trois semaines. En Afrique, selon un décompte de l’AFP, seuls l’Algérie, le Rwanda et l’île Maurice ont jusque-là adopté cette mesure radicale, tant ses conséquences économiques et sociales sur des populations pauvres et privées de services de base semblent risquées.