frontières

Yanela: le photographe raconte

Une petite Hondurienne de 2 ans – qui, en fait, n'a pas été séparée de ses parents – est devenue le visage de la politique de séparation des familles de clandestins de Donald Trump. Les explications de l'auteur de l'image

Elle s’appelle Yanela. C’est elle, la petite migrante hondurienne de 2 ans, qui figure sur la couverture de l’édition du 2 juillet du Time, minuscule face à Donald Trump, avec le titre, ravageur: «Welcome to America». Yanela est surtout cette petite fille en haut rouge fuchsia et bouclettes brunes sauvages qui, dans l’image initiale, pleure devant sa mère, arrêtée par un agent de la Border Patrol. Très rapidement, le cliché de John Moore, photographe qui travaille pour Getty Images, a été partagé et vu par des millions de personnes. Et a fait de la fillette le symbole des drames à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. L’icône de la criminalisation des migrants par Donald Trump. Un des visages de la réalité des séparations des familles d’illégaux.

Lire aussi: Comment les enfants clandestins ont défié Trump

Avec sa mère?

Yanela ne le sait pas, mais elle a en quelque sorte fait plier le président américain. Sous les critiques et face au torrent de réactions indignées, Donald Trump a été contraint de faire volte-face et de renoncer à séparer les familles de clandestins. Les images ont parlé. Les larmes des enfants devant leurs parents arrêtés ou, plus tard, derrière des grillages, démunis, ont fait le tour du monde. Celles de Yanela en particulier.

Yanela est devenue aussi iconique que le petit Syrien Aylan, retrouvé mort en septembre 2015 sur une plage de Bodrum, en Turquie, et dont un cliché tragique le montrant sans vie sur le sable rappelait brutalement les drames en Méditerranée. Sauf que dans son malheur, elle a eu plus de chance. Plus de chance aussi, semble-t-il, que les plus de 2350 enfants clandestins séparés de leurs parents depuis début mai et parfois transférés à des milliers de kilomètres du lieu où sont détenues leurs familles. Son père vient de raconter son histoire à un média du Honduras, Univision, et au Daily Mail. Yanela serait «en sécurité» avec sa mère Sandra, âgée de 32 ans, qui a déposé une demande d’asile aux Etats-Unis. Toutes deux ensemble dans un centre de détention texan. Mais rien ne permet pour l’instant de le prouver.

De la tristesse face aux larmes

Sandra serait partie du Honduras avec sa fille le 3 juin et aurait payé un «coyote» (passeur) près de 6000 dollars. Sans vraiment attendre le consentement de son mari. Yanela est la cadette d’une fratrie de quatre. Elle a un frère de 14 ans et deux sœurs, de 11 et 6 ans. Elle et sa mère faisaient partie d’un groupe de migrants qui poursuivaient le même but: tenter leur chance aux Etats-Unis.

Le photographe de guerre John Moore, qui travaille depuis plusieurs années sur les drames aux frontières et a gagné notamment le Prix Pulitzer, raconte le contexte de sa photo. La scène a été prise le 12 juin, vers minuit. ll était avec des agents de la Border Patrol lorsqu’un groupe de migrants a été arrêté après avoir traversé le Rio Grande sur un radeau, près de McAllen, au Texas. Des familles qui ne se doutaient pas de la nouvelle politique imposée par l’administration Trump. Sandra était la dernière du groupe à avoir été contrôlée. Elle portait sa fille dans les bras et l’a posée à terre pour se soumettre à un contrôle corporel. Les cris de la fillette ont bouleversé le photographe. Au moment précis de prendre la photo, il a ressenti de la tristesse, explique-t-il au Temps. «Je suis moi-même père, et entendre un enfant en détresse provoque une réaction viscérale.»

A peine le contrôle corporel fini, elles ont été mises dans un van. J’ai dû arrêter de prendre des photos et respirer profondément

John Moore, photographe pour Getty Images

Tout est allé très vite. «Faire cette photo était dur pour moi. A peine le contrôle corporel fini, elles ont été mises dans un van. J’ai dû arrêter de prendre des photos et respirer profondément», a-t-il raconté au Time. John Moore a aussi immortalisé le moment où la mère nourrissait sa fille au sein. Puis quand Sandra semblait faire les lacets de Yanela. Elle était en fait en train de les défaire, les gardes-frontières confisquant des affaires personnelles.

Le photographe suivait ce jour-là le travail d’agents de la Border Patrol et était en quelque sorte embedded. Il n’était pas censé interagir avec les migrants, mais a eu un bref échange avec Sandra. Aujourd’hui, il se dit rassuré d’entendre que mère et fille n’auraient pas été séparées. Mais, précise-t-il, «en raison de la pratique actuelle, elles se trouvent en détention et pourraient le rester pendant toute la durée de leur procédure d’asile, ce qui peut prendre du temps».

Cette photo risque de devenir l’une des plus fortes de sa carrière. Il ne s’y attendait pas vraiment. «A chaque fois que je parviens à incarner une problématique complexe – dans ce cas, la politique de «tolérance zéro» du président Trump –, cela crée de la compassion. Quand j’ai pris cette photo, je savais que ce serait important, mais je ne pouvais pas savoir qu’elle atteindrait un tel niveau d’attention», commente John Moore. Yanela non plus.

Publicité