Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

TV

Yann Barthès quitte «Le Petit Journal», les soucis s’accumulent pour Canal +

Le créateur de l’émission en clair la plus regardée de la chaîne arrêtera en juin. Un départ qui s’ajoute aux nombreuses incertitudes pesant sur Canal +

Nouveau nuage sur Canal +. L’animateur Yann Barthès a annoncé lundi à l’AFP qu’il allait quitter «Le Petit Journal», l’émission satirique culte de la chaîne cryptée, qu’il animait depuis 2011, et dont il présentera la dernière le 23 juin. «Je ne présenterai plus «Le Petit Journal» la saison prochaine. Je souhaite écrire avec les équipes de Bangumi [la société de production de l’émission, ndlr] une nouvelle histoire et vivre de nouvelles aventures», a-t-il déclaré sans autre commentaire. Contactée, la direction de Bangumi, la société de production de Yann Barthès et Laurent Bon, a précisé avoir informé Canal + de ce départ il y a deux semaines.

Réputée pour son impertinence, l’émission quotidienne qui mélangeait humour et information était devenue depuis deux ans la plus regardée des émissions en clair de la chaîne, avec 1,1 à 1,4 million de fans, notamment les jeunes.

L’émission pourrait continuer, en théorie

En théorie, «Le Petit Journal» pourrait continuer sans son présentateur historique puisque la marque appartient à la chaîne. Mais il sera difficile à Canal + de remplacer celui qui a créé et incarné depuis douze ans «Le Petit Journal», démarré comme simple chronique du «Grand Journal». Il semble aussi impossible à Bangumi de continuer à produire une émission que son cofondateur refuse d’animer. Le départ de Yann Barthès pourrait donc marquer l’arrêt du «Petit Journal». Lundi, la chaîne a cependant indiqué dans un communiqué que «Le Petit Journal reprendra à la rentrée sur Canal + dans une formule rénovée».

Lire aussi: «Le Petit Journal» pourrait disparaître de la grille de Canal +

Depuis le départ l’été dernier d’Antoine de Caunes du «Grand Journal» et le passage des «Guignols» en crypté, décidés par le nouveau patron du groupe Vincent Bolloré, l’émission de 40 minutes de Yann Barthès était le dernier représentant historique de cet esprit persifleur des débuts de Canal +.

Avec une ironie mordante, toujours vêtu d’un impeccable costume-cravate, Yann Barthès décryptait les discours des politiques de tout bord, dévoilant souvent leurs artifices de communication. Il serait déjà démarché par plusieurs autres chaînes, selon la presse. Sa décision s’explique principalement par les incertitudes sur l’avenir de la chaîne et de l’émission, alors que Vincent Bolloré veut réduire les émissions en clair et les coûts.

Vincent Bolloré n’exclut pas la fermeture de la chaîne

Depuis sa reprise en main de la chaîne, Vincent Bolloré a multiplié les décisions frappantes, et les déclarations acides. De nombreux cadres ont été licenciés, entre autres, Rodolphe Belmer, directeur général de la chaîne et artisan de sa stratégie dans le cinéma. Le 26 avril, lors de l’assemblée générale du groupe, le président de Vivendi, maison mère de Canal +, a évoqué un déficit de 400 millions d’euros cette année, et a indiqué qu’une fermeture de la chaîne était «possible»: «Il y a un moment où il faudra arrêter le robinet. Vivendi ne pourra pas apporter de l’argent indéfiniment à Canal +», a-t-il lancé.

Canal + a ainsi envisagé un passage en crypté du «Petit Journal» et demandé à Bangumi, qui produit également pour la chaîne l’émission du dimanche «Le Supplément», de consentir d’importantes économies. La chaîne a aussi décommandé une série de reportages sur Cannes que devait réaliser Bangumi.

Après avoir atteint 1,8 million de fans par jour en 2013-2014 puis 1,6 million en 2014-2015, «Le Petit Journal» a perdu près de 400 000 téléspectateurs cette année, pénalisé par son nouvel horaire – 20h10 au lieu de 20h25 –, la suppression des Guignols en clair, qui tiraient son audience, et la chute de l’audience du «Grand Journal», diffusé juste avant.

Lire également: Canal + estime être encore attractif

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a